Fermer la publicité

SACVL : la construction de logement soutenue jusqu'en 2020

le - - Immobilier-TP-Bâtiment

SACVL : la construction de logement soutenue jusqu'en 2020
DR - Eric Lamoulen

La Sacvl est en avance sur son plan de construction pour 2017. Le constructeur et gestionnaire immobilier affiche de belles perspectives pour 2018 et 2019. Le point avec son directeur général Eric Lamoulen.

Vous affirmez être en avance sur votre plan de construction de 2017. Pourquoi ?
Notre objectif stratégique se situe dans une moyenne d’une centaine de nouveaux logements par an. En 2017, 361 logements seront livrés. La résidence étudiante de la Caserne Blandan compte à elle seule 227 logements. Ils seront terminés pour septembre. C’est une belle opération qui ne devrait pas se renouveler. Mais déjà pour 2018, nous prévoyons un volume de 250 nouveaux logements. Depuis 2013-2014, la Sacvl s’est engagée dans un fort développement, qui devrait se poursuivre au moins jusqu’en 2020.

Quels types de logements construisez-vous ?
Nous avons donc construit quelques résidences étudiantes, en partie gérées par le Crous. La Sacvl est notamment propriétaire de celle de l’Antiquaille. La construction d’une nouvelle résidence de 70 logements devrait démarrer en 2018 à Confluence, en partenariat avec le promoteur Ogic. Notre cœur de métier se trouve dans le logement familial, locatif intermédiaire, c’est-à-dire des logements à loyer libre mais abordable, soit entre le logement social et le logement libre. Notre parc compte 4 400 logements dans Lyon intra-muros.

Parlez-nous de votre action en faveur des logements adaptés ?
La Sacvl œuvre pour le maintien à domicile. Chaque année, près de 150 logements bénéficient de travaux, compris entre 8 000 et 10 000 €, pour aménager des salles de bain, des cuisines ou encore poser des volets roulants. Nous le faisons à la demande des locataires ou entre deux pour améliorer le logement. Notre objectif est de répondre à trois problématiques qui peuvent concerner une large partie de la population : le vieillissement, le handicap et la sortie d’hospitalisation.

Comment concevez-vous les logements d’aujourd’hui ? Quelles sont les attentes des usagers ?
La pièce ouverte avec le séjour et la cuisine est aujourd’hui prisée. Avoir un balcon ou une terrasse reste apprécié. Les usagers sont sensibles à la baisse des consommations d’énergie. Surtout, les familles n’ont plus besoin de très grandes surfaces. Nous devons même parfois reloger des gens qui se trouvent dans un appartement trop grand.

Revenons sur les économies d’énergies. Quelles sont vos actions dans ce domaine ?
Pour les constructions neuves, les réglementations guident les constructions. Mais nous nous assurons que les économies d’énergies soient réelles et surtout que leurs coûts de maintenance ne se répercutent pas sur un autre poste de charges. Pour notre stock de logements, plus ou moins anciens, des travaux sont régulièrement engagés pour isoler les combles, changer les fenêtres, optimiser le système de chauffage… Nous avons par exemple déjà remplacé 6 000 fenêtres sur l’ensemble du parc. Ces mesures produisent des effets positifs sur les charges des locataires. Des baisses significatives, jusqu’à – 25 %, sont constatées. Sur la période 2017-2020, 57 M€ seront investis dans un plan d’amélioration, dont 40 M€ pour les économies d’énergie. C’est environ 20 % de plus que les quatre dernières années. Six cents logements sont notamment concernés à la Duchère et 250 à Lyon 5ème.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide