Fermer la publicité

" Le Lyon de nos Pères " aux enchères

le - - Enchères

" Le Lyon de nos Pères " aux enchères
" Le Lyon de nos Pères " par Drevet, estimé 1 800 / 2 000 EUR

Présenté dans un tirage rare, les eaux-fortes de Joannès Drevet relatives à cet ouvrage de référence sont inscrites au catalogue d'une très belle vente de livres anciens programmée le jeudi 23 mars sous le marteau de Maîtres Bremens et Belleville à Lyon Presqu'île.

Si ce livre, paru en 1901, écrit par Vingtrinier et illustré par Drevet est en lui même ni courant ni rare, le tirage comportant une suite des vingt eaux-fortes de Drevet sur satin est lui... rarissime. C'est bien cette suite connue à très peu d'exemplaires qui est proposée le 23 mars dans une très belle reliure signée de Bérald à Lyon, pour une estimation établie entre 1800 et 2000 €. Egalement au catalogue, on retient un superbe Traité des tournois, loustes, Carrousels et autres spectacles publics... de Claude François Menestrier, publié à Lyon en 1669. Présenté dans une très belle reliure en maroquin tabac janséniste de Allô, cet ouvrage illustré de 22 figures à quart de page, considéré comme le plus complet des livres de fêtes publiés au XVIIe siècle, est attendu entre 2 800 et 3 200 €. Du même auteur, on note aussi une Histoire Civile ou Consulaire de la Ville de Lyon... en format in-folio datée de 1696, pour laquelle on espère 800 à 1 000 € ; tandis qu'on attend 500 à 600 € pour un délicieux exemplaire de La Méthode Royale, facile et historique du Blason avec l'origine des Armes des plus illustres Etats et Familles de l'Europe..., ouvrage toujours de Cl. Fr. Ménestrier mais daté pour sa part de 1671. Et pour rester dans l'histoire locale, gros plan pour finir sur cette Histoire véritable de la Ville de Lyon... Avec un sommaire recueil de l'Administration Politique de la Dicte Ville, ouvrage de Claude de Rubys en format in-folio publié à Lyon chez Bonaventure Nugo en 1604, pour lequel il faudra engager 700 à 800 € selon l'estimation annoncée.

Maîtres Bremens & Belleville, hôtel des ventes Lyon Presqu'île, jeudi 23 mars à 15 h, catalogue complet et horaires d'expositions sur www.interencheres.com

Un brevet de général signé Bonaparte à l'hôtel d'Ainay

Baptiste Bisson, comte de l'Empire, fut en premier lieu enfant de troupe en 1791. Grenadier volontaire, il finira sa carrière comme général de division et gouverneur. C'est d'ailleurs son brevet de général de brigade daté du 30 fructidor de l'an 11 et signé Bonaparte, Berthier et Maret que nous propose Maître Cécile Conan-Fillatre le jeudi 23 mars. Brevet accompagné dans le même dossier d'une lettre de nomination de la Légion d'Honneur, de diverses lettres de service dont une de la main du général Bonaparte nommant Baptiste Bisson général de brigade, mais également de sa Légion d'Honneur en format dit de réduction. Pour l'ensemble rare de ces six documents et de la Légion d'Honneur en argent et or, l'estimation atteint 1 000 à 1 500 €. Egalement estimé dans cette fourchette de valeur, on note encore un casque de cuirassier du Second Empire modèle 1858 en très bel état de conservation tandis qu'un Ordre Royal de Saint Louis d'époque Restauration, médaille française presque superbe et bien complète de son ruban d'époque, se voit lui estimé entre 600 et 800 €.

Maître Cécile Conan-Fillatre, hôtel d'Ainay, jeudi 23 mars à 14 h 30, catalogue complet et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

 

Adjugés !

Se succédaient les 7 et 9 mars, deux ventes importantes sous le marteau de Maîtres Rambert et Savart chez Artcurial. On retenait le 7, l'adjudication à 8 432 € (frais compris) pour un ensemble de mobilier de salon dit « aux pins » par Louis Majorelle, ensemble ayant appartenu au dinandier Théodore Chanut. A propos de ce dinandier « redécouvert » lors de cette vente, on notait d'ailleurs l'adjudication à 744 € (frais compris) pour un vase ovoïde fuselé en dinanderie à décor polychrome. Deux jours plus tard, le 9, Jacques Poirier (1928-2002) créait la surprise avec La Voisine, une huile sur panneau estimée entre 3 000 et 4 000 € finalement adjugée  23 560 € (frais compris), tandis qu'un autoportrait de Georges Aufray estimé 100 / 150 € trouvait preneur à 1 017 € (frais compris).

 




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide