Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Avocats : « Le petit justiciable va être broyé »

le - - Droit

Avocats :  « Le petit justiciable va être broyé »
Michel Godet

Pour le monde judiciaire, ce ne sont pas moins de deux journées d'action de grève en moins d'un mois qui viennent de se dérouler, au niveau national, comme régional.

Ainsi, le 30 mars dernier sous le label d'une intersyndicale et inter professionnalité assez large, qu'avocats, greffiers, magistrats et fonctionnaires ont procédé conjointement, après une prise de parole devant la presse, à une manifestation symbolique devant le nouveau Palais de justice de Lyon sous forme d'autodafé de codes.

Manifestation inédite, s'il en est, sous forme d'enterrement de la Justice Morte avec dépôt de gerbe mortuaire suivi d'une minute de silence et, avec comme leitmotivs, la « privatisation de la justice » et le « sacrifice des justiciables les plus démunis ».

En cause de cette bellicosité latente, la publication des détails de la loi d'habilitation qui permettra au gouvernement prônant un choc de simplification et de rationalisation de réformer, sans passer par la case parlementaire.

Pour mémoire, cette mobilisation date depuis 2017 alors que la Chancellerie avait envoyé aux différents acteurs des questionnaires « sous forme de QCM » sur les réformes de la justice, qui se voulaient être ambitieuses.

Certains intervenants ont insisté sur le spectre d'une « justice au rabais » et le fait de se sentir prisonnier d'une « opération de communication », en particulier lors de la visite de la ministre de la Justice à Lyon début mars.

Alors quid de la situation sur les chantiers de la justice sensés conforter des attentes très fortes notamment en matière d'amélioration du service de la justice au quotidien ?

A n'en pas douter « le petit justiciable va être broyé », tance le bâtonnier Farid Hamel et la magistrate Véronique Drahi d'ajouter « On ne se bat même plus pour faire une bonne justice. On essaie de sauver une justice correcte ».

In fine, ce sont plus de 400 grévistes qui se sont ensuite retrouvés sous une pluie diluvienne devant le palais de justice, ont jeté leurs codes déchirés sur une pyramide de justice morte surmontée d'une gerbe mortuaire et ont ensuite réalisé une chaîne humaine autour du palais de justice.

Prochain rendez-vous le 11 avril à Paris à l'occasion de la présentation en conseil des ministres du projet de loi de réforme de la justice.

"Une véritable catastrophe"

« Nous nous battons tous ensemble pour défendre un accès à la justice pour les citoyens et ce, sans aucune notion de corporatisme » a insisté le bâtonnier Me Farid Hamel. Et l'avocat d'abonder :« C'est une véritable catastrophe, on a l'impression de revenir 30 ans en arrière sur les droits de l'homme, qui plus est avec un budget équivalent à celui de la Turquie ! »

Tant il est vrai que la virtualité, avec par exemple le dépôt de plaintes en ligne, deviendra de plus en plus prégnante éloignant ainsi le justiciable des juges au bénéfice des « tablettes », faut-il comprendre que ces réformes vont se faire dans un but essentiellement économique, dicté par Bercy ? »




Michel GODET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide