Fermer la publicité

Auront-ils l'Alsace ?

le 06 avril 2017 - Julien THIBERT - Editos-Billets

Auront-ils l'Alsace ?

.

Avec le dossier « Fessenheim » on atteint les limites de l’actionnariat étatique au sein d’un business qui dépasse de loin la simple promesse politique. Depuis que la ministre de l’Energie a exigé cette semaine que soit actée, en conseil d’administration de EDF, la fermeture du site énergétique, dont l’actuel Président de la République avait fait l’un de ses chevaux de bataille à la dernière élection présidentielle, la question du nucléaire et plus largement de la transition énergétique se pose, mais pour les mauvaises raisons. A quelques jours du premier tour de la prochaine Présidentielle, tandis que le PDG Bernard Levy joue la montre, la posture politique tranche avec la réalité économique : 750 agents, 2000 emplois directs et indirects en région sont menacés… Sans compter que le site produit 90% des besoins énergétiques de l’Alsace. Bien sûr des montants d’indemnisation ont été négociés dans la perspective de la fermeture des deux réacteurs en 2019 et 2021. Mais la course au décret pour abroger l’autorisation d’exploiter la centrale, qui doit absolument se faire avant le 23 avril ressemble à un trophée de chasse à obtenir coûte que coûte… Et à accrocher sur un mur finalement vide de sens.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide