Fermer la publicité

MUSÉE DES TISSUS : INTÉRÊT GÉNÉRAL ET RENTABILITÉ

le - - Collectivités

MUSÉE DES TISSUS : INTÉRÊT GÉNÉRAL ET RENTABILITÉ

Au-delà des passions politiques qui ont émaillé pendant trois ans le dossier du Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, son épilogue heureux mais coûteux met en lumière l'action de fond menée par l'écosystème entrepreneurial piloté par la CCI Lyon Métropole avec l'appui précieux du syndicat Unitex dans la réinvention du site muséal, propriété de la Région. Bien plus qu'un écrin d'œuvres inhérentes aux textiles qui attestent de plusieurs siècles d'un passé glorieux, ce renouveau confirme l'imprégnation des entreprises industrielles dans le tissu mémoriel de la région et leur capacité à réinventer un modèle économique rentable pour un site au bord du gouffre financier.

Laurent Wauquiez s'étonnait que la Ville et la Métropole de Lyon soient les grandes absentes du projet présenté cette semaine pour le renouveau du Musée des Tissus de Lyon, et pour lequel la Région nouveau propriétaire vient d'annoncer un investissement de 15 M€. Mais au regard des origines du site, né de l'impulsion des fabricants textiles lyonnais à la fin du 19e sicèle, il eût été encore plus notoire que ce projet échappe à l'écosystème économique actuel.

C'est bien là toute l'habileté du président de la CCI Lyon Métropole qui a su défendre coûte que coûte un dossier politiquement épineux mais culturellement essentiel : « Je ne pouvais pas donner un coup de balai sur l'histoire des soyeux et plus globalement sur cette industrie textile qui a tant fait rayonner Lyon, et encore aujourd'hui. Certes l'investissement n'est pas neutre et nécessitera des arbitrages financiers au niveau de la Chambre. Mais nous restons des entrepreneurs et notre ambition à terme est bien la rentabilité du musée ».

Dans le cadre du montage financier présenté, la Région, propriétaire pour l'euro symbolique du site muséal de la rue de Charité cédé donc par la CCI, s'engage à rénover le musée pour un montant estimé à 30 M€. Dans le détail, la Région apporte 10 M€, l'Etat 5 M€ et Unitex 1 M€. Un fond de dotation piloté par Unitex et une opération de crowdfunding complèteront l'enveloppe budgétaire. Le budget de fonctionnement évalué à 1,5 M€/ an sera financé par la Région (1 M€), l'Etat (300 000 €) et la CCI à (200 000 €).

Grégoire Giraud, vice-président d'Unitex et président du Groupe Cheynet, se réjouit de la bonne décision d'Emmanuel Imberton de valider un projet, le seul, précise-t-il et qui, à le comprendre, sert à la fois les intérêts du visitorat pour l'aspect culture stricto sensu mais également l'ensemble d'une profession. En effet, aux côtés des collections somptueuses, une centre de formation aux métiers du textile sera entre autre intégrée au projet avec le concours des plus grand créateurs français.

MAIRIE ET MÉTROPOLE DÉNONCENT UN « PROCÈS EN SORCELLERIE » !

Avant la présentation du projet par la Région, le maire de Lyon et le président de la Métropole ont tenu à s¹exprimer sur la situation tendue relative au Musée des Tissus. « Nous sommes un peu lassés, Ville et Métropole d¹être cloués au piloris comme les deux collectivités qui traineraient des pieds sur le sujet et ne participeraient pas au sauvetage » tance Georges Képénékian. Et le maire d¹ajouter à voix partagée avec David Kimelfeld que Ville et Métropole ont pour ambition pérenne et respectueuse des deniers publics de voir aboutir ce dossier et de construire un musée tourné vers le XXIe siècle.

« Nous avons une attitude responsable et dénonçons ce procès en sorcellerie », a abondé le président de la Métropole, qui souhaite aussi que le plus grand nombre de visiteurs voient ces collections, d¹où la solution de les « déménager » dans un bâtiment idoine mis à disposition par la Métropole.

Michel Godet




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide