Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Il est candidat à la succession de Pierre Gattaz / Patrick Martin : "Oxygénons le Medef !"

le - - Grand témoin

Il est candidat à la succession de Pierre Gattaz / Patrick Martin : "Oxygénons le Medef !"
©Frédéric Vigier - Les élections au Medef ont lieu en juillet 2018

Redéfinir la gouvernance du Medef, restaurer l'image de l'organisation patronale, défendre toutes les entreprises françaises, lutter contre la fiscalité galopante, valoriser la formation sous toutes ses formes… Lors de la campagne pour la succession de Pierre Gattaz à la tête du Medef, dans laquelle il entre avec détermination et envie, Patrick Martin, l'actuel président du Medef régional Auvergne-Rhône-Alpes, entend faire émerger toutes ces thématiques, voire problématiques. « Parce qu'il n'y a pas de sujets tabous », précise celui qui souhaite moderniser le Medef qu'il juge en « danger ». Surfant sur la bonne dynamique de son ETI patrimoniale, Patrick Martin se dit prêt !

Patrick Martin est-il officiellement candidat ? La campagne a-t-elle de fait déjà commencé ?

Oui, je suis officiellement candidat. Et oui, j'ai lancé ma campagne. Je vais faire prochainement une demande officielle de dossier de candidature auprès du Medef national. L'élection, sauf coup de théâtre, interviendra en juillet 2018.

Pierre Gattaz ne souhaitait pas que la campagne commence avant début janvier…

J'ai beaucoup d'affection pour Pierre Gattaz, mais de fait, la campagne a déjà commencé, de manière plus ou moins explicite selon les candidats. J'en veux pour preuve l'interview de Jean-Dominique Senard dans Le Figaro. Aujourd'hui, je ne suis pas impliqué dans l'exécutif du Medef, ce qui, d'un point de vue largement partagé, est incompréhensible : la première région industrielle de France et le premier Medef régional de France ne siègent plus au conseil exécutif, l'instance décisionnaire du Medef ! Mais cela a un mérite : je suis libre de mes actes et de mes propos… C'est donc, dans un sens, une bonne chose pour moi, en cohérence avec la tonalité générale souhaitée : un désir de transparence, de spontanéité, de sincérité et d'audace. En contrepoint, mon approche est décalée par rapport à ce qu'il s'est déjà produit au Medef et qui nous paraît daté : je souhaite une gouvernance ouverte tenant compte des sensibilités de chacun. Je suis pour une compétition large et loyale.

Vous parliez il y a quelques mois d'une candidature par défaut vous concernant. Ce n'est apparemment plus le cas. Qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ?

Je dispose d'un socle solide de partenaires, dont six Présidents de Medef de région avec lesquels je travaille depuis un an. Des chefs d'entreprise qui sont à la fois forces de propositions, d'action et d'union: Bretagne, Paca, Corse, Grand-Est, Normandie et Ile-de-France. Cette dernière région est importante car elle balaye le procès d'intention qui pourrait nous être fait, à savoir que ma candidature serait celle de la province contre Paris. Par ailleurs, depuis quelques semaines que l'on teste nos arguments, nous recevons un écho très favorable. Les analyses, les messages et les ébauches de solution suscitent un réel intérêt. Autrement dit, la mayonnaise prend, cela nous conforte dans notre engagement. Dernière preuve en date : la réunion que nous avons organisée à Paris le 14 novembre dernier, ciblée sur les Medef territoriaux, a rassemblé la quasi-totalité des territoires présents ce jour-là à Paris. Je ne dis pas que tous vont adhérer à notre démarche mais cela témoigne d'un véritable intérêt. De la même manière, au niveau des branches professionnelles, nous avons d'ores-et-déjà des signaux d'engagement.

La campagne doit-elle rompre avec ses vieux démons ?

J'aime bien l'idée de casser les codes, pas pour le principe. Le mode de fonctionnement, un peu à huis clos, n'échappe à personne. Ni en interne auprès des adhérents, ni auprès de notre environnement. A terme, cela peut déboucher sur des décalages entre les choix opérés et les attentes des entrepreneurs. Un gros travail est réalisé par les entreprises pour « dédiaboliser » leur image auprès du grand public. J'ai la fierté de ce que je fais, la fierté du Medef, mais il y a un paradoxe troublant : l'image des chefs d'entreprise, des dirigeants de PME, est bonne et s'améliore dans l'opinion publique alors que l'image des institutions en général – partis politiques, médias… – est dégradée, et le Medef n'y échappe pas. Le sondage de fin d'année dernière de l'Ifop questionnait sur les catégories les plus utiles à la France.

« Le premier Medef régional de France ne siège plus au conseil exécutif »

A 88 %, les sondés ont répondu les dirigeants de PME ; et à 60 %, les dirigeants de grandes entreprises. Il ne faut pas fanfaronner mais ce décalage interpelle. Il faut moderniser l'image et le fonctionnement du Medef qui, au fil du temps, ont dérivé et sont de plus en plus éloignés des préoccupations des chefs d'entreprises que nous représentons.

La faute à quoi ?

A plusieurs facteurs : une mauvaise communication, une certaine « consanguinité », un repli sur soi, une forme de technocratisation. Sans oublier la perte de pouvoir décisionnel des élus du Medef au bénéfice des collaborateurs, compétents certes, mais au final ce sont les chefs d'entreprise qui doivent décider. De notre côté, nous voulons plus de collaboratif. Il faut donner la parole à la base, coller beaucoup plus à la réalité du terrain.

Ce n'était pas le cas lors du mandat de Pierre Gattaz ?

Pierre Gattaz, lors de son élection, a tenu des propos clairvoyants et déterminés : s'interroger sur la gouvernance du Medef et mieux prendre en compte les acteurs de terrain. La sincérité des intentions de Pierre Gattaz, je n'en doute pas. Mais avec quatre ans de recul, on est obligé de constater que rien n'a évolué. Il a mis en place un groupe de travail appelé Cap Excellence, dont l'objectif était de proposer une inflexion du mode de fonctionnement du Medef. Ce groupe n'a rien produit. Des habitudes, des réflexes, des usages font que le Medef national reste, dans son fonctionnement, très conservateur. Ce sujet n'a pas été appréhendé à sa juste valeur.

Votre candidature est motivée, en partie, pour faire évoluer le fonctionnement interne du Medef. Quels sont les axes perfectibles et les pistes pour y parvenir ?

Je précise que notre démarche est volontariste et qu'elle ne concerne pas que la gouvernance. Oui, ma démarche est celle des entrepreneurs de terrain ; oui, je revendique l'importance des PME et ETI à côté des grands groupes, c'est une vision moderne. Je veux ouvrir les portes et les fenêtres du Medef, faire participer des organisations complémentaires qui ont une forte valeur ajoutée. Je pense par exemple à l'association des Femmes Chefs d'Entreprises, à Croissance Plus, au Centre des Jeunes Dirigeants, au Mouvement des ETI… Autant de réseaux qui ont des regards décalés et finalement complémentaires par rapport à celui du Medef, qui sont moins institutionnels et qui, pour certains, incarnent une nouvelle forme d'entreprenariat. Il nous faut aussi travailler main dans la main avec les autres organisations patronales. Deuxième chose, il faut renvoyer aux territoires beaucoup plus de pouvoir et d'influence qu'ils n'en ont actuellement. Non par anti-parisianisme, mais parce que nous sommes convaincus que, quel que soit le secteur d'activité et la taille de l'entreprise, plus le temps passe, plus les choses se déroulent au plus près du terrain. Regardez la régionalisation, la métropolisation, la déconcentration des services de l'Etat. Les collectivités territoriales assurent 75 % de l'investissement public, avec un principe constitutionnel d'autonomie territoriale. Ce n'est donc pas au niveau des ministères que cela se décide mais au sein des métropoles, des départements ou des communautés de communes. Autre exemple : même si on est un très grand groupe, le jour où il y a un litige prudhommal, celui-ci n'est pas tranché au ministère du Travail mais au sein du Conseil des Prud'hommes de Douai ou de Roanne. Les décisions locales prennent le pas sur l'administration centrale. Le pouvoir des DREAL ou des DIRECCTE est considérable localement, sur, par exemple, une fermeture ou une ouverture d'usine. Ces exemples militent ainsi pour rapprocher le Medef du terrain.

Vous appelez à un véritable changement de paradigme…

Il y a une autre dimension plus subjective. Elle s'est vérifiée avec l'élection présidentielle. Les acteurs de terrain ne supportent plus de recevoir des instructions, bonnes ou mauvaises, pour élaborer des projets auxquels ils n'ont pas participé. Si on prend le monde de l'entreprise, les pratiques managériales évoluent fondamentalement. Il est essentiel d'embarquer avec soi, les adhérents, les élus et les mandataires. Si ces gens-là ne se retrouvent pas dans le mode de fonctionnement et les messages du Medef, ils s'en éloigneront.

Certains vous qualifient de candidat de l'économie réelle. Est-ce juste ?

Lors de cette élection, il n'y aura que de bons candidats, je ne fais aucun procès en légitimité à qui que ce soit. Il n'y a pas de faux patrons, il n'y a que des profils différents. J'ai la prétention de dire que je coche certaines cases : 90 % des adhérents du Medef sont des dirigeants de PME-PMI et d'ETI. Mon entreprise est une ETI. Je ne prétends pas qu'elle soit un modèle du genre, mais elle a un parcours dont je suis fier. Quand je suis rentré dans l'entreprise, en 1987, elle faisait 50 M€ de CA : elle en fera plus de 700 cette année ; avec 250 salariés à l'époque et aujourd'hui, 2 600. On ne dénombrait que trois établissements, on en aura prochainement 200. On était absents à l'international, on y est désormais présents. C'est une entreprise à 100 % patrimoniale. Ça renvoie à l'idée que quand le président du Medef doit s'exprimer sur des sujets comme les droits de succession ou l'ISF, il doit le faire en praticien. Mon job, c'est la distribution BtoB et la fabrication industrielle. Grâce à mon entreprise, je pratique tous les secteurs d'activité. Mes clients (ndlr : 200 000 professionnels) vont de l'artisan à la multinationale (ndlr : Général Electric, EDF) et mon implantation française couvre tous les territoires. J'ai un parcours militant au Medef (ndlr : président du Medef de l'Ain ; président régional Rhône-Alpes de 2007 à 2011 ; depuis 2016, président régional Auvergne-Rhône-Alpes, élu à l'unanimité). On a réussi la fusion des deux régions. Je suis hypermotivé. Je ne veux pas faire carrière au Medef ; je crains comme la peste les apparatchiks. Je me suis arrêté cinq ans. Je crains les gens qui enfilent les mandats à n'en plus finir. Donc je m'honore de m'être arrêté. C'est un signal que j'envoie : je ne suis pas candidat pour faire carrière.

Cherchez-vous un destin plus grand ?

Non. Je ne veux pas de bâton de maréchal. C'est un job de fou, patron du Medef. Mes filles me disent : « Tu veux vraiment devenir l'homme le plus détesté de France ? » Ça m'interpelle, mais cela correspond à une réalité. Cette fonction n'est pas populaire. Je ne suis pas maso, je ne me présente pas pour prendre des coups, je ne suis pas naïf non plus, il y a des choses à mieux faire. Pas rapport à d'autres candidatures avérées ou supposées, on a ce pack de soutiens qui s'élargit et qui me rend assez serein. On est engagé dans une démarche participative, on a mis en ligne une plateforme d'échanges ouverte à tous les adhérents du Medef, on se réunit régulièrement… Il faut être cohérent. On ne peut pas dénoncer des pratiques autoritaires et l'être soi-même. On a identifié nos grands axes de travail, on a des idées sur chacun de ces axes, mais on veut les challenger, et les faire enrichir et compléter par le plus grand nombre.

Cette sérénité, cet alignement des planètes que vous décrivez, vont-ils de pair avec la bonne performance économique de votre groupe et sa nouvelle structuration en interne qui vous permettraient ainsi de vous dégager du temps pour la présidence du Medef ?

L'activité de mon entreprise n'a pas été construite pour me donner une légitimité à la tête du Medef ! Les recrutements que j'ai faits ne l'ont pas été dans cet esprit-là. La seule et unique motivation, c'est qu'à la taille où nous étions arrivés et celle que l'on vise, il devenait dangereux de ne pas « staffer » mon entreprise. J'ai une équipe de choc, notamment avec trois directeurs généraux en charge de la finance, de l'industrie et du bâtiment. Donc trois profils très différents mais complémentaires, très complices. Cela se traduit par de bons résultats et des prises de marchés significatives avec une très forte progression de la rentabilité. Je suis donc serein. Mais l'idée n'est pas d'abandonner mon entreprise car c'est ma vie. Nombreux sont ceux qui se sont laissés dévorer par des fonctions électives, et leurs entreprises en ont pâti.

Avec l'idée d'appliquer les mêmes recettes au Medef ?

Cela renvoie à des fondamentaux. Le Medef ne peut pas s'emparer de tous les sujets. Il y a actuellement plus de 80 commissions. Intellectuellement, tout est intéressant mais ce nombre de commissions implique la mobilisation de 300 à 400 chefs d'entreprise. En pratique, on s'aperçoit que beaucoup d'entre elles vivotent. Et c'est normal, on ne peut pas être sur tous les fronts ! Aux yeux de nos adhérents, cela entretient une confusion sur ce qu'est le Medef. Il ne faut pas que l'on se détourne de notre objet social : défendre l'entreprise et sa rentabilité. L'une des raisons pour lesquelles le Medef a cette image confuse et à certains égards négative, c'est justement parce que l'on s'exprime sur tous les sujets, souvent avec pertinence, mais ce n'est pas là que nos adhérents nous attendent. Nous proposons donc d'opérer un retour aux fondamentaux, sur la croissance, puis sur la rentabilité des entreprises, qui reste largement en-deçà de celle de nos comparables européens. Bien sûr, il faut encourager nos entreprises à investir, à innover et à s'internationaliser. Le vrai problème de fond des entreprises françaises n'est pas tant dans les dispositifs qui existent – et à la limite, ceux-ci sont trop nombreux – mais tient au fait qu'il n'y a pas assez d'autofinancement. Les entreprises supportent des charges sociales et fiscales excessives, constituées essentiellement d'impôts sur la production. Quand on compare, dans le PIB, le poids de ces impôts et des taxes locales en France et en Allemagne, le différentiel est de 60 Md€. Il faut être sur ces sujets-là. Comme sur la fiscalité, les successions et les donations. Certains dispositifs fonctionnement bien en France. Mais si on regarde chez nos voisins italiens ou allemands, il existe des dispositifs d'exonération de droits de succession. Je peux en témoigner, suite au décès de mon père, j'ai supporté un conflit actionnarial et je vais faire toutes mes donations à mes enfants. De ce point de vue, le système français n'est pas optimal.

« Défendre l'entreprise et sa rentabilité »

Avec des conséquences en termes d'aménagement du territoire et d'équilibre territorial. On a tous en tête ces belles entreprises patrimoniales (Rossignol ou Salomon) qui, à cause des droits de succession, ont été contraintes de se vendre, généralement à un groupe plus gros ou des fonds d'investissements qui cherchent à optimiser leur investissement très rapidement. Et quand le siège social se trouve dans des zones éloignées des grands centres de décision, l'acquéreur n'est pas forcément tenté de s'y maintenir. Et bien souvent, il s'ensuit des restructurations. Il faut que l'on se batte sur ces sujets de fiscalité des entreprises, de fiscalité patrimoniale, en mettant des contraintes et j'insiste sur ce point. Le taux de marge des entreprises françaises a beau s'être restauré, on est remonté à 32 %, alors que les Allemands en sont à 42 ! De fait, ils exportent plus que nous et leur industrie se modernise plus vite… Il ne faut pas être dans l'incantation, il faut que le taux d'autofinancement des entreprises s'améliore, car c'est la mère de toutes les batailles. C'est technique, rébarbatif, pas très populaire, mais c'est le bon sens.

Votre vision sur les premiers pas du président Macron. Les réformes vous conviennent-elles ? Vont-elles dans le bon sens ?

Ce qui me frappe, c'est le message général, et j'y adhère. La modernité : on secoue le cocotier, on revisite beaucoup de choses. L'audace : pas de sujets tabous, pas de vaches sacrées, la lutte contre la capitulation/résignation de la France. La fierté, de la France, de l'entreprise française. Il faut arrêter de faire dans la repentance, dans l'autoflagellation. Je suis un entrepreneur français fier de mon pays. Il faut des chefs d'entreprise et des femmes et hommes politiques qui décident. Je crois dur comme fer aux corps intermédiaires. On a besoin du dialogue social, d'impliquer nos concitoyens, nos salariés, dans les réflexions et les décisions. J'ai du respect pour la fonction de Président de la République, pour la personne d'Emmanuel Macron, mais il est essentiel qu'il garde bien le lien avec le terrain.

Quel sera le « style Martin » lors de cette campagne, et après… ?

L'ADN de notre démarche est collective. Ce ne serait d'ailleurs pas illogique que le Medef, qui est une organisation patronale interprofessionnelle, soit présidé par une personne issue de « l'interpro ». C'est la meilleure garantie pour réunir toutes les branches. Les débats industrie contre services ou bien contre commerces sont dépassés, stériles et d'un autre temps. On est obsédé par le digital. Très bien. Mais ce n'est pas l'apanage de l'un ou de l'autre, c'est un sujet transverse. Le bon sens, c'est que les branches professionnelles interviennent sur des sujets pointus. Prenons un cas précis, technique et récent : la fiscalité des contrats d'assurance-vie. Personne n'est mieux placé que la Fédération française des assurances pour monter au créneau auprès de Bercy et Matignon. Le Medef n'a pas vocation à être expert en tout. Il doit être en appui, en relais, faire du lobbying. En revanche, quand on parle de formation, de fiscalité, le Medef est plus que légitime. Mais il faut qu'il soit plus simple, moins lourd, moins hiérarchique, moins top/down, plus agiles…

Est-ce une élection cruciale ? Le Medef peut-il manquer le virage de la modernité ? Et rater son rendez-vous avec l'histoire ?

Le Medef est en danger. Il doit revenir à ses fondamentaux et s'appuyer beaucoup plus sur ses militants. En danger s'il ne s'interroge pas plus sur son rôle, son utilité, son fonctionnement et ses objectifs. C'est précisément ce que l'on essaie de faire, en portant notre programme que je qualifierais de disruptif ! On ne promet pas le grand soir, mais juste s'aligner sur les attentes de nos adhérents d'un côté et les mentalités actuelles de l'autre. Que l'on soit moins cloisonnés, donneurs de leçons, et que l'on soit extrêmement déterminés. On reproche deux choses à Pierre Gattaz mais je les mets à son actif : le pacte de compétitivité/CICE et l'ISF, même si la réforme ne va pas assez loin. Il n'a rien lâché, il a pris des risques, des coups, il a été cohérent, et il a abouti.

« De bonnes choses » pour Pierre Gattaz, Senard comme grand patron, de beaux profils en face de vous. Vous tapez en retenant vos coups ?

Ce n'est jamais bon de taper pour le plaisir. A un moment où il faut nous rassembler, gardons en tête l'objectif majeur qui doit être celui de notre organisation : défendre toutes les entreprises. Comme toute campagne, elle comprend son lot de violences, mais cela ne m'impressionne pas…. Je ne dois rien à personne, ce n'est pas une candidature suicide. Si je ne suis pas élu, le sujet aura été de savoir si j'ai fait avancer les débats ; si je suis élu, ce que je souhaite, c'est de concrétiser tout ce qu'on aura exprimé. Je suis déterminé et serein et intuitivement, je sens bien les choses ! Parce que notre projet est simple, concret et rassembleur !

Vos chances sont réelles ?

Chaque jour qui passe, on se dit, on tient le bon bout.

SES DATES CLÉS

2016

Président du Medef Auvergne-Rhône-Alpes

2006-2011

Président du Medef Rhône-Alpes

1991

Naissance du groupe Martin Belaysoud Expansion

1987

Rejoint le groupe familial Martin-Belaysoud​




Tout Lyon Affiches LA RéDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide