Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le Groupe Vulcain monte encore dans les tours

le - - Entreprise de la semaine

Le Groupe Vulcain monte encore dans les tours
Photo DR - Groupe Vulcain Lyon Sud

Plus de 20 ans après sa création à Lyon, le Groupe Vulcain continue de se renforcer, sur un marché de la distribution automobile où la course à la taille critique est plus que jamais à l'ordre du jour.

S'il n'est pas question de parler de consécration pour un groupe en croissance ininterrompue depuis plusieurs années, l'obtention du prix 2017 du groupe automobile de l'année n'en reste pas moins une belle récompense pour le Groupe Vulcain. Né en 1996, le distributeur multimarques lyonnais s'est imposé sur son territoire d'origine dans un premier temps, avant de sortir de ses frontières régionales pour se lancer à la conquête de l'Ile-de-France. « Aujourd'hui, nous employons 530 collaborateurs sur 26 sites, nous réalisons 270 M€ de chiffre d'affaires et nous distribuons 14 marques : Citroën, DS, Volvo, Fiat, Opel, Toyota... », précise Vincent Girerd, Directeur général de l'entreprise.

Après son pôle historique, qui couvre désormais l'ensemble de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes de Grenoble à Clermont-Ferrand, en passant par Saint-Etienne, Villefranche-sur-Saône, Bourgoin-Jallieu, Vienne, Roanne et, bien entendu, Lyon, le Groupe Vulcain a ouvert un deuxième front en 2007. Constitué à partir du rachat d'un autre groupe, le pôle de la région parisienne comprend quatre affaires, toutes installées dans Paris Intra-muros. Couronnée de succès, cette démarche de croissance devrait être prolongée à l'avenir, mais sans qu'il soit question pour autant d'aborder de nouveaux territoires.

« Nous avons vocation à nous développer, mais pas forcément à ouvrir d'autres régions, confirme Vincent Girerd. Il y a une cohérence dans notre structuration géographique actuelle et nous ne voulons pas nous éparpiller en termes de territoires. » En revanche, le Groupe Vulcain souhaite prolonger sa dynamique actuelle en renforçant son activité Véhicules d'Occasion.

« La démarche de croissance externe reste au cœur de notre stratégie, dans la mesure où c'est une tendance forte que l'on retrouve dans le paysage de la distribution automobile », souligne le Directeur général de l'entreprise. Confrontés à la volonté des constructeurs de favoriser les regroupements et le développement des groupes multimarques, tous les acteurs qui disposent des moyens financiers nécessaires sont obligés de s'inscrire dans cette stratégie. « C'est aussi pour cette raison que nous avons initié une stratégie de plaques de pièces de rechange pour le groupe PSA », ajoute-t-il.

Enfin, dans le même esprit, le Groupe Vulcain a inauguré une nouvelle carrosserie au mois de juillet 2017. Elle complète un réseau aujourd'hui riche de quatre unités : deux à Lyon, une à Paris et une à Clermont-Ferrand. « En 2018, nous aurons deux priorités, assène Vincent Girerd, consolider le développement de nos carrosseries et mettre un coup d'accélérateur sur les véhicules d'occasion. Pour cela, nous comptons notamment sur la montée en puissance de notre nouveau centre de préparation de Véhicules d'Occasion de Vénissieux. En professionnalisant la démarche du reconditionnement de ces véhicules, nous serons en mesure de les remettre à la vente plus rapidement. »

Jacques Donnay

Vincent Girerd : « Une croissance raisonnée et maîtrisée »

Directeur général du Groupe Vulcain

Commercialement, comment s'achève cette année ?

Notre chiffre d'affaires est toujours en progression et nos volumes de ventes également, aussi bien pour les Véhicules Neufs que pour les Véhicules d'Occasion. Nous devrions atteindre respectivement 10 000 et 6 000 voitures vendues en 2017, contre 14 700 au total en 2016. Je précise, que la progression enregistrée dans le neuf a été portée à la fois par de la croissance endogène et par les dernières acquisitions que nous avons réalisées. Quant à notre chiffre d'affaires, il devrait s'établir aux alentours de 285 à 290 M€.

Avez-vous d'autres cibles en vue ?

Nous pourrions effectivement concrétiser d'autres acquisitions en 2018. Nous travaillons d'ailleurs sur des dossiers très précis, mais l'objectif n'est pas de faire une course au volume. Le groupe a déjà grossi de 65 % en 3 ou 4 ans, ce qui correspond déjà à une belle croissance. Cette progression doit se poursuivre, mais elle doit rester raisonnée et bien maitrisée.

Vous avez également fait vos débuts dans la moto ?

En effet, nous sommes entrés sur ce marché cette année. Nous avons engagé cette démarche avec Honda, dont nous sommes le partenaire dans l'automobile et qui nous a approché car il avait la volonté de changer d'opérateur sur Lyon. La démarche m'a parue intéressante car le marché des deux roues, principalement sur les grandes métropoles comme Lyon, est un élément de réponse à la congestion des grands axes urbains.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide