Fermer la publicité

Gifetal veut grandir à l'international

le 16 mars 2017 - Jacques DONNAY - Entreprise de la semaine - article lu 21 fois

Gifetal veut grandir à l'international
Photo J.D. - Unité de production de Gifetal

Créée à Caluire au début des années soixante-dix, l'entreprise aujourd'hui installée à Fontaines sur Saône a mis à profit les quatre décennies écoulées pour s'imposer comme un acteur majeur sur le marché hexagonal des garde-corps en aluminium. Et elle entend maintenant s'attaquer à l'international.

D’une TPE aux ambitions strictement locales, Jean-Luc Wagner a fait en moins de 25 ans une PME ambitieuse, qui après avoir pris de solides positions dans l’Hexagone veut maintenant partir à la conquête des marchés internationaux. Spécialisé dans la conception et la fabrication de garde-corps en aluminium à destination des professionnels du bâtiment, Gifetal commercialise pour l’heure ses produits dans toute la France. « Nous avons une activité plus soutenue sur les façades atlantique et méditerranée, car l’aluminium est particulièrement bien adapté aux conditions climatiques des bords de mer, mais nous sommes réellement implantés dans l’ensemble du pays », précise Quentin Wagner.


Directeur général de l’entreprise, il a rejoint son père il y a deux ans et demi, imité l’année suivante par son frère Tristan. Avec une équipe dirigeante renforcée, Gifetal entend maintenant relancer la dynamique de croissance initiée par Jean-Luc Wagner au début des années quatre-vingt-dix. « Lorsque notre père a repris l’entreprise, elle employait trois personnes. Il l’a progressivement développée et nous sommes aujourd’hui une quarantaine, pour un chiffre d’affaires de l’ordre de 5 M€ », poursuit Quentin Wagner.


Pour assumer ces ambitions de développement, les dirigeants de Gifetal ont décidé de travailler sur deux axes prioritaires : la diversification des produits et l’internationalisation. La première piste a déjà été ouverte, puisque l’entreprise fabrique depuis quelques années des portails et des clôtures. « Le garde-corps reste cependant, et de très loin, le moteur principal de notre activité, souligne Quentin Wagner. Nous réalisons actuellement 85 % de notre chiffre d’affaires avec ce produit. Il n’est d’ailleurs pas question de réduire l’activité sur ce marché, mais nous avons la conviction que nous pouvons aussi nous imposer sur d’autres terrains. »

Dans le même temps, Gifetal devrait franchir un nouveau cap, en se positionnant à l’export. Après avoir déjà travaillé occasionnellement en Suisse et à Monaco, l’entreprise s’apprête maintenant à lancer une offensive en direction de l’Allemagne. « Nous avons engagé un commercial pour commencer à prospecter ce marché et pour constituer une équipe. Il faudra sans doute un peu de temps pour décrocher nos premières commandes, mais l’Allemagne peut vraiment devenir un relais de croissance important, car les prix de vente sont plus élevés que sur le marché français. » Pour donner du corps à ce projet, une version du site internet de l’entreprise, entièrement dédiée à l’Allemagne, est d’ores et déjà en cours d’élaboration.

Quentin Wagner : « Nous allons doubler notre surface de production »
Directeur général de Gifetal


En développement constant depuis plus de 25 ans, l’entreprise n’est-elle pas un peu à l’étroit sur un site prévu pour accueillir, à l’origine, une dizaine de personnes ?

Si, en effet, et nous allons d’ailleurs quitter Fontaines-sur-Saône prochainement pour prendre possession d’un bâtiment neuf et beaucoup plus grand sur le Technoparc de Civrieux, dans l’Ain. Le permis de construire a été déposé et l’instruction devrait s’achever très bientôt. Nous souhaitons lancer la construction sans tarder, pour entrer dans cette nouvelle unité de production à la rentrée de septembre. L’investissement lié à cette opération s’élève à 2 M€.

Un transfert qui s’accompagnera donc d’une augmentation de votre surface de production ?

Tout à fait. Nous avons acquis un terrain de 12 000 m2, sur lequel nous allons construire un bâtiment totalisant près de 4 000m² d’ateliers et environ 400m² de bureaux. Ce qui signifie que nous allons d’ores et déjà doubler notre surface de production, tout en conservant une réserve foncière nous permettant de construire 2 000 m2 supplémentaires. Dans le même temps, nous allons profiter de l’occasion pour acheter de nouvelles machines, qui nous permettrons d’internaliser certaines opérations que nous sous-traitions jusque-là.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide