Fermer la publicité

Le mot d'actu : " Nationalités "

le 19 février 2016 - D.T. - Politique - article lu 47 fois

Le mot d'actu : " Nationalités "
© Château de Versailles, C.Milet - La salle du Congrès

.

Il y a comme un clin d'œil de l'histoire dans la possible tenue d'un congrès destiné à examiner un projet de révision constitutionnelle traitant entre autres de la nationalité, en regard du lieu, Versailles, qui fut à plusieurs reprises le lieu de décisions de nations sur ces mêmes questions. 

Flash-back jusqu'au 18 janvier 1871. Le chancelier Bismark lit dans la Galerie des glaces la proclamation qui fait de son souverain le roi de Prusse Guillaume Ier l'empereur d'Allemagne et du Premier Reich. Un Reich qui quelques mois plus tard, à l'occasion du traité de Francfort (10 mai 1871), comprendra aussi ce qu'il est convenu d'appeler l'Alsace-Lorraine cédée par la France. Avec changement de nationalité pour ses habitants et cela pour plusieurs décennies. 

Quarante-huit ans plus tard, dans la même Galerie des glaces, le 28 juin 1919 pour être précis, c'est la signature du traité éponyme entre l'Allemagne et les Alliés à l'issue de la Première Guerre mondiale. Un traité prévoyant notamment la création de la Société des  nations (SDN, préfiguration de la future ONU). Et puis avec les autres traités complétant celui de Versailles (Saint-Germain-en-Laye avec l'Autriche, Neuilly-sur-Seine avec la Bulgarie, Sèvres avec l'Empire turc) émergent de nouvelles nations et nationalités en Europe centrale et de l'Est, nations pour certaines composées de populations culturellement diverses. L'exemple de la Tchécoslovaquie, état binational (composé principalement de Tchèques et de Slovaques) est illustrant à cet égard des questions posées par la nationalité, tout comme celui de la Yougoslavie. Au reste, la clause du Traité de Versailles concernant ce dernier pays sera abrogée en 2003, et effective en 2006.

On ne sache pas qu'en juin 1982, quand le huitième sommet du G7 se réunit à Versailles, les questions de nationalité aient dominé les débats. Quoique l'invasion par Israël du Liban qui a débuté la veille repose indirectement ces questions (nationalité palestinienne, nationalité israélienne...). Un sommet qui de toute façon s'est soldé par un coût pharaonique et l'absence de résultats concrets...

On le voit, le projet de révision constitutionnel qui pourrait être débattu à Versailles au printemps prochain, traitant entre autres de déchéance de nationalité aurait bien sa place en ces lieux, à en juger par le rappel de ces quelques épisodes. En gardant à l'esprit qu'une déchéance de nationalité ne peut être envisagée s'il n'y a pas eu au préalable reconnaissance de nationalité...



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide