Fermer la publicité

Un vêtement contre la douleur

le 04 avril 2016 - Agnès GIRAUD-PASSOT - Sciences

Un vêtement contre la douleur

Fruit d'une collaboration atypique entre un partenaire public, une entreprise privée et une association, le projet Vetcosed est destiné à améliorer la qualité de vie des patients atteints du syndrome d'Ehlers-Danlos.


Maladie génétique rare liée à une anomalie du tissu conjonctif et caractérisée par une hypermobilité et une hyperlaxité articulaire, le syndrome d’Ehlers-Danlos (SED) provoque des difficultés fonctionnelles handicapantes et invalidantes qui altèrent la qualité de vie des patients. Actuellement, aucun traitement n’existe pour les malades qui sont pris en charge au centre médico-chirurgical de réadaptation des Massues Croix-Rouge française (CMCR) de Lyon. Pour les soulager, l’établissement s’est intéressé au port de gilets compressifs, destinés initialement aux grands brûlés. Ce dispositif médical, mis au point par le laboratoire de recherche de la société Thuasne, est confectionné sur mesure. Il apporte une contention musculaire et procure au patient une meilleure perception de ses mouvements ainsi qu’un effet antalgique et une diminution de la sensation de fatigue. « Ce gilet est indispensable dans ma vie. Sans lui, je ne peux pas travailler. Je le porte dix heures par jour. Il me protège, un peu comme un cocon », explique cette patiente atteinte du SED. Mais le coût de ces vêtements (entre 400 et 500 €), qui n’avaient, jusqu’alors pas apporté de preuves de leur efficacité sur les patients atteints de SED, a conduit les équipes médicales à lancer une étude clinique expérimentale : le projet Vetcosed.

Financée par la Fondation Apicil à hauteur de 26 000 € et par la société Thuasne pour 40 000 €, l’étude bénéficie également du soutien de l’Association française des malades d’Ehlers-Danlos (AFSED) qui prend en charge les frais de transport des malades en provenance de la France entière, depuis leur domicile jusqu’au CMCR des massues à Lyon. De nombreux patients étrangers souhaiteraient intégrer l’étude de recherche mais le protocole et son cadre réglementaire l’interdisent à ce jour. Les résultats de l’étude, attendus fin 2016, visent à prouver la diminution des douleurs et des défauts de stabilité articulaire des épaules. Le gilet compressif pourrait ainsi être inscrit sur la liste des produits et prestations remboursables et soulager, physiquement, moralement et financièrement, les malades.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide