Fermer la publicité

Adjugés chez de Baecque & Associés !

le 15 juillet 2017 - Philippe JAYET - Enchères

Adjugés chez de Baecque & Associés !
DR - Paire d'appliques "Plumes" par Süe & Mare adjugée 17 000 EUR (hors frais)

Les Arts Décoratifs du XXème siècle ont la cote. La preuve en quelques résultats obtenus ce 29 juin sous le marteau de Maîtres de Baecque, d'Ouince et Sarrau à l' Hôtel des Ventes de la rue Vendôme.

Sous le feu des projecteurs en salle des ventes dès la fin des années 80, l'Art Nouveau et l'Art Déco n'ont jamais cessé depuis d'avoir leur public. Les modes passent, les tendances évoluent, les prix aussi mais il faut bien reconnaître que les Maîtres en la matière continuent de plaire aussi bien en Europe qu'en Asie et même sur le continent américain.

Ce 29 juin était dispersé chez de Baecque & Associés un très bel ensemble de pièces rares et inédites nées de l'imagination des plus grands décorateurs de la première moitié du XXè siècle. Si les noms de Gallé, Lalique, Ruhlmann et autres Linossier ne surprennent plus au palmarès des résultats, ceux de Serrurier-Bovy ou de Süe & Mare, beaucoup moins connus du grand public, ont créé l'évènement ce 29 juin.

Du premier, Gustave Serrurier-Bovy associé pour l'occasion à René Dulong, on retient une superbe paire de fauteuils cubiques en acajou et laiton située vers 1905. Provenant de la collection de Paul et André Véra, cette rarissime paire estimée entre 3 000 et 5 000 € du fait en grande partie de son état d'usage  explosait son estimation pour être finalement adjugée 18 000 € (hors frais).

Tout aussi surprenant, un exceptionnel ensemble de luminaires par Louis Süe et André Mare remportait toutes les faveurs du public dans la salle mais également des collectionneurs enchérissant en ligne et au téléphone.


 

12 000 € pour la première des trois adjudications relatives à ces deux créateurs, enchère portée sur un spectaculaire plafonnier circulaire de la série « Plumes » datée vers 1920. En perles de verre sur une armature en métal patiné argent, cet exceptionnel luminaire était estimé avant la vente entre 2 000 et 3 000 €. Tout de suite après au catalogue, une très rare paire d'appliques de la même collection «  Plumes » trouvait preneur à 17 000 € (hors frais) tandis qu'une autre paire d'appliques de la collection «  Clochettes » toujours par Süe & Mare était enlevée à 17 500 € (hors frais) pour une estimation initiale annoncée entre 3 000 et 5 000 €.


Très attendu au chapitre de la dinanderie, un rare et précieux vase ovoïde à décor en laque noire d'origine par Jean Dunand était adjugé à 13 500 € (hors frais) dépassant ainsi largement son estimation établie entre 5 000 et 8 000 € tandis qu'un important vase cornet à frises de zigzags en superposition par Claudius Linossier confirmait la sienne avec une adjudication prononcée à 7 500 € (hors frais).


Mucha pour les arts graphiques atteignait rapidement 9 000  € (hors frais) pour une affiche lithographique du Théâtre de la Renaissance tandis qu'Emile Gallé pour la verrerie marquait la vente avec la très belle adjudication à 6 800 € pour «Dahlias impériaux», un rare pot couvert en forme de cucurbitacée initialement estimé entre 1 000 et 1 500 €.

Clou de la vente en fin de catalogue avec un très rare fauteuil « Canon » d'Emile-Jacques Ruhlmann. Bien que ne possédant plus sa garniture d'origine ni son argenture sur les pieds, cet exceptionnel fauteuil dont un seul modèle à ce jour fut présenté en salle des ventes trouvait acquéreur à son estimation soit 29 000 € (hors frais).



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide