Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Alonzo King, le roi de la Côte ouest à la Maison de la danse

le - - Spectacle vivant

Alonzo King, le roi de la Côte ouest à la Maison de la danse
Queen B Wharton - Biophony de Alonzo King

La compagnie Lines Ballet de Alonzo King fait son retour sur la scène de la Maison de la danse après 3 ans d'absence avec un programme d'exception pour les amatrices et amateurs de belle danse.

Alonzo King est loin d'être un inconnu sur la scène de la Maison de la danse. On pourrait même dire qu'il fait partie des fidèles. Il faut dire que la compagnie Lines ballet qu'il a fondée en 1982 sur la côte ouest (à San Francisco) après une solide carrière d'interprète chez Alvin Ailey et à l'American Ballet Theatre est actuellement l'une des plus enthousiasmante de la danse américaine.

Danseuses et danseurs à la technique irréprochable, frôlant parfois la perfection, utilisation intelligente et moderne du vocabulaire académique qu'affectionne particulièrement le chorégraphe et collaborations tous azimuts avec de très grands artistes, issus du champ des arts plastiques ou de la musique.

C'est le cas ici dans le programme que présente la compagnie san-franciscaine, que les Parisiens ont pu découvrir ce printemps à la Faïencerie de Creil. Deux pièces qui font appel à des compositeurs aussi réputés que l'Anglais Richard Blackford et l'artiste américain Bernie Krause, connu pour ses enregistrements de paysages sonores, dans Biophony et deux jazzmen célèbres, Charles Lloyd et Jason Moran dans Sand.

Ces deux pièces sont réunies par une gestuelle affolante de précision, une utilisation époustouflante du vocabulaire classique qui illustre parfaitement la citation de William Forsythe, qui par ailleurs dit d'Alonzo King que « c'est un des rares véritables maîtres de ballet de notre époque », expliquant que ce n'est tant le vocabulaire qui est vieux mais l'usage qu'on en fait.

Les corps deviennent des notes de musiques ou d'étranges créatures mi-oiseaux mi-humains, forment des lignes ou des courbes, animent l'espace de points et de lignes, le dessinent et le reconfigurent. Abstraite, mais profondément humaine, la danse d'Alonzo King va ravir à coup sûr les balletomanes, mais aussi les amoureuses et les amoureux de danse.

Maison de la danse, 13 au 22 décembre, www.maisondeladanse.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide