Fermer la publicité

Artibois, la menuiserie sociale et solidaire

le - - Entreprise de la semaine

Artibois, la menuiserie sociale et solidaire

Entreprise adaptée sous statut associatif, Artibois, basée à Vaulx-en-Velin, emploie des personnes en situation de souffrance psychique. Elles travaillent en compagnonnage avec des menuisiers professionnels.

Si le cœur de métier d’Artibois est la menuiserie, son rôle repose avant tout sur sa dimension humaine. Sur 35 salariés, 20 sont reconnus travailleurs handicapés, souffrant d’une maladie psychique. Leurs profils et leurs situations sont variés : certains sont en apprentissage, d’autres ont déjà une expérience professionnelle et les derniers se trouvent dans une logique de maintien de l’emploi, comme les seniors. Tous travaillent le bois en compagnonnage, aux côtés de menuisiers professionnels qui les guident dans leurs fonctions et les maintiennent dans la réalité de la vie active. « Ce système permet à l’aide menuisier de découvrir un métier et de se perfectionner. Mais c’est surtout une dynamique d’insertion capitale qui doit l’aider à reprendre pied dans la société et dans la vie quotidienne. Avoir un rythme de travail et des relations sociales, se lever chaque matin et être fatigué le soir, c’est un retour à la réalité, » analyse Arnaud Desjonqueres directeur d’Artibois depuis neuf ans.
L’entreprise, créée en 1976, réalise des travaux de menuiserie classiques, de la préparation de chantier à la pose de portes et fenêtres, de velux, de volets et de parquet en passant par la fabrication de boites aux lettres, mezzanines, placards, petits mobiliers. Elle dispose d’un savoir-faire reconnu auprès des particuliers qui représentent 40 % de sa clientèle mais également des bailleurs sociaux, régies immobilières et entreprises locales pour lesquels elle effectue des travaux de rénovation. Fin 2016, elle a ainsi posé 160 fenêtres avec un niveau d’exigence BBC pour un immeuble d’Habitat et Humanisme à Lyon. Elle a également réalisé toute la menuiserie intérieure de Chamarel, la coopérative d’habitants à Vaulx-en-Velin. 
Artibois a récemment élargi ses activités à la rénovation thermique des maisons individuelles par le biais du dispositif DOREMI, mis en place par la Métropole de Lyon. Un marché qui a du potentiel mais qui peine à décoller. Arnaud Desjonqueres veut associer l’ensemble des salariés à l’étude d’un projet de diversification de l’entreprise. « Nous allons nous rapprocher de nos clients, être à l’écoute de leurs besoins pour nous positionner sur de nouvelles activités stratégiques, développer Artibois et envisager d’augmenter les effectifs. Les années difficiles sont derrière nous, nous sommes désormais en phase de stabilisation et de consolidation en attendant un potentiel de développement qui reste encore à l’étape d’idées. L’objectif reste de créer de l’emploi pour des personnes psychiquement fragiles et de pérenniser notre activité ». Artibois possède un agrément d’entreprise adaptée qui lui procure une aide correspondant à 10 % du montant des recettes. Le reste provient de son activité économique qui génère un chiffre d’affaires de 1,7 M €.

Agnès Giraud-Passot
 

Arnaud Desjonquères : « la satisfaction des beaux parcours »

Quelles sont les exigences d’une entreprise adaptée ?
Comme toutes les entreprises, nous devons gérer les commandes, satisfaire les clients et faire face aux difficultés. Mais les règles et le management sont différents de ceux d’une entreprise classique. La pression n’est pas un moteur. Il faut trouver une autre solution pour garantir des délais et vraiment connaître chaque salarié, avec ses compétences et ses aptitudes. C’est très individualisé. Ce qui importe, c’est d’ajuster le travail qui prend souvent plus de temps.
Comment se construit le compagnonnage ?
Les menuisiers sont les personnes clé de l’entreprise. Ils possèdent de fortes valeurs humaines et sociales car ils doivent adapter le travail de l’aide menuisier avec lequel ils sont en équipe, tout en tenant compte de ses capacités et de son instabilité. La maladie psychique est parfois compliquée. L’accompagnement prend beaucoup de temps mais le fonctionnement est assez souple. Les menuisiers doivent assurer la bonne exécution des chantiers dans le respect de la qualité et des délais.
Des évolutions de carrière sont-elles possibles ?
Le projet des travailleurs qui souffrent de troubles psychiques est de trouver un emploi dans une entreprise classique. Certains y parviennent, nous avons de beaux parcours. C’est une satisfaction de les voir progresser, prendre des responsabilités. Des aide menuisiers arrivent à travailler en autonomie, notamment pour remplacer des façades de placards, changer des fenêtres. C’est très encourageant.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Agnès GIRAUD-PASSOT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide