Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Autographes et livres à l'Hôtel d'Ainay

le - - Enchères

Autographes et livres à l'Hôtel d'Ainay
DR - Manuscrit du journal du Comte Henri de Carnazet en Basse et Haute-Egypte estimé 2 000 / 3 000 EUR

Pour sa dernière grande vente avant les congés d'été, Maître Cécile Conan-Fillatre nous convie à une belle vente de documents et livres anciens dont divers et rarissimes manuscrits relatifs à l'Amérique du Nord ou encore à l'Egypte et à la Terre Sainte.

En 1821, Antoine Prudence Lalouette, ancien officier de Napoléon, décide de s'installer en Amérique sur une terre vierge afin d'y développer la culture et l'élevage dans de vastes territoires et d'y faire, bien entendu, fortune.... Laissant femme et enfants en Bourgogne, il s'embarque au Havre et arrive à la Nouvelle-Orléans ou débute une longue aventure qui va le mener jusqu'en Alabama.

De cette histoire subsiste aujourd'hui l'importante correspondance de ce pionnier adressée aussi bien à sa femme qu'à ses frères et sœurs et autres relations. De cet ensemble unique, on attend 3 000 à 5 000 € selon l'estimation d'Alain Ajasse expert lors de cette vente.

Plus loin au catalogue, c'est vers la Haute et la Basse Egypte qu'est attirée l'attention avec un journal manuscrit de 86 pages en format in-folio illustré de six dessins à la plume par le Comte Henri de Carnazet (1849-1922).

Etalé sur une période allant de novembre 1869 à janvier 1870, cet intéressant journal de voyage au fil du Nil est accompagné de deux carnets de dessins et esquisses à la mine de plomb pour la plupart situés et datés, le tout étant estimé entre 2 000 et 3 000 €. Du même auteur, on retient également un autre journal manuscrit cette fois à destination de la Syrie et de la Terre Sainte entre mars et mai 1868 pour lequel il faudra engager 1 000 à 1 500 €.

Amateurs d'autographes thématiques ou individuels, vous serez comblés avec un bel ensemble parmi lequel on remarque « La Fenêtre de la Maison Paternelle », un poème autographe signé d'Alphonse de Lamartine illustré d'une aquarelle originale réalisée par son épouse Marianne-Elisa Lamartine pour une estimation annoncée entre 800 et 1 200 € tandis que les inconditionnels de Richard Wagner ne pourront pas laisser passer cette Lettre Autographe Signée du Musicien au pianiste et compositeur Louis Lacombe, lettre de trois pages en allemand datée du 20 mars 1853 pour laquelle on attend quand même 2 000 à 3 000 €.

Au chapitre enfin des livres modernes, à retenir « La Mésangère », ouvrage de Jean Cocteau illustré par Léonard Foujita dans une édition de 1963 chez Pierre de Tartas estimée 2 000 / 3 000 € mais aussi « Chansons de Saintonge » de Gaston La Touche dans une superbe reliure signée de Ch. Lanoé pour une estimation établie entre 4 000 et 4 500 € et pour une estimation identique, « La Vie de Saint Dominique » de Lacordaire avec des illustrations de Maurice Denis dans une reliure en plein maroquin noir.

Conan Auction – Hôtel d'Ainay – Jeudi 6 juillet à 14h30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

Adjugés !


6 750 € frais compris, c'est la somme rondelette atteinte ce 18 juin par un rarissime étui à message chinois sous le marteau de Maîtres Bremens et Belleville à Lyon Presqu'île. En cuir ciselé, laqué et doré sur âme de bois, cet étui représentant l'empereur Qianlong sur son cheval était estimé entre 5 000 et 8 000 € par Akio Setio expert lors de cette vente. Sous le même marteau, on notait également les 4 500 € (frais compris) portés par un amateur sur « Effet de lumière sur les arbres », une huile sur carton d'Eugène Brouillard initialement estimée entre 1 500 et 2 000 €.


Beau record cette fois le 17 juin à l'Hôtel d'Ainay sous le marteau de Maître Cécile Conan-Fillatre avec les 18 750 € (frais compris) atteints par « Un dimanche après-midi sur la pelouse du parc, vers 1898 », huile sur papier fort d'Albert André pour laquelle Olivier Houg, expert, annonçait 2 500 à 3 000 € d'estimation avant cette vente consacrée en grande partie à la dispersion du mobilier et des œuvres d'art du Château de la Gardette dans la Drôme. On retenait encore au catalogue les 6 700 euros portés par un collection sur « Un nu allongé de dos » par Paul Sieffert ainsi que les 8 200 € atteints par un élégant cabinet de voyage en ébène et placage d'ébène, travail de la fin du XVIIème siècle.




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide