Fermer la publicité

Baroque émergent

le - - Musique

Baroque émergent
© : DR - Les Lyonnais de l'ensemble The Curious Bards

Six concerts pour six ensembles, parmi eux peut-être la pépite du baroque de demain, s'affrontent lors du festival eeemerging à Ambronay.

Ils ont beau avoir un nom « so british », The Curious Bards regroupe cinq musiciens, trois d’entre eux formés au CNSMD de Lyon. A leur tête, le violoniste Alix Boivert, qui par ailleurs collabore avec les ensembles Correspondances et Pygmalion. Cette formation lyonnaise explore les musiques traditionnelles irlandaise « que les Irlandais eux-mêmes ne connaissent pas », explique le jeune violoniste de 29 ans qui les découvre, lors de son séjour à Dublin où il fait des recherches dans le cadre de son master. Pour son examen, il sollicite des camarades de promotion, séduits comme lui par ces musiques gaëliques. De cette rencontre naît The Curious Bards, ensemble retenu cette année par le festival eeemerging qu’il clôture avec « Gaelic storm ».
Fruit d’une coopération entre huit partenaires, dont le Collegio Ghislieri de Pavie, le festival Haendel de Göttingen, plusieurs centres de musique ancienne et le CCR d’Ambronay, ce festival vise à promouvoir les jeunes ensembles dédiés à la musique ancienne. Six d’entre eux, dont The Curious Bards, se présenteront devant le public d’Ambronay et le jury qui devra récompenser les meilleurs d’entre eux.
Nexus Baroque, un quatuor de flûtes, a déjà remporté le prix eeemerging du festival de musique ancienne de York.  Fondé à Bâle par des étudiants de la Schola Cantorum, Il Discordanti jouera des œuvres de l’Italie du XVIIè siècle. Le groupe Prisma, formé par quatre anciens élèves des conservatoires de Brême et Hanovre, explorent la musique instrumentale du XVIIe. L’ensemble The Golfinch, né de la rencontre de quatre musiciens du conservatoire de La Haye, s’intéresse à la musique française, particulièrement à Jacquet de la Guerre. Récompensé lui aussi à York en 2015, le quatuor à cordes Consone joue les classiques et les romantiques sur instruments anciens. 


Festival d’Ambronay, les 8 et 9 octobre,
www.ambronay.org

Christie et Alarcon

William Christie, avec des cantates intimes de Bach dont la fameuse Cantate du café, et Leonardo Garcia Alarcon avec un pot-pourri de musiques populaires et sacrées d'Amérique latine ont animé le deuxième week-end du festival d'Ambronay. Assis au clavecin, en retrait, le premier s'est effacé au profit des jeunes chanteurs issus du Jardin des Voix et des musiciens formés aux Arts Flo junior qu'il a couvés d'un regard bienveillant et paternaliste. Le Grand Bill qui laisse de plus en plus de palce à Paul Agnew à la tête des Arts Florissants, prépare la relève. Le second a renoué avec ses racines dans une Carmina Latina qui ne tient pas toutes ses promesses. La confrontation d'un Salve regina de Victoria  avec une "ensalata" de Flecha a quelque chose d'incongu. Mais ce concert festif, dopé par l'enthousiasme du maestro argentin et de sa femme, la soprano Marianna Florès qui, en bis, a donné une émouvant interprétation de Alfonsina y el mar, une chanson d'Ariel Ramizz, a fait l'unanimité.

 

 

 





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide