Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Chambre régionale des comptes Rhône-Alpes - Catherine Hirsch de Kersauson : une présidence de changements et de management

le - - Droit

Chambre régionale des comptes Rhône-Alpes - Catherine Hirsch de Kersauson : une présidence de changements et de management
(© Michel Godet)

Après un début de carrière comme professeur agrégé d’histoire et de géographie, cette Parisienne d’origine intègre l’Ecole nationale d’administration.

Essentiellement orientée vers le commerce extérieur de la France, elle occupe tour à tour pendant une dizaine d’années des postes de conseiller dans plusieurs ministères (Economie et finances, puis Industrie et commerce extérieur). Elle est ensuite nommée conseiller référendaire comme magistrat rapporteur à la Cour des comptes, dont elle devient la secrétaire générale. C’est en 2005 qu’elle est nommée présidente de la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire où elle était encore en poste avant sa nomination rhônalpine.
Conseiller maître à la Cour des comptes, Catherine Hirsh de Kersauson succède à Michel- Pierre Prat pour se trouver à la tête d’une chambre régionale forte de 90 personnes (30 magistrats, 30 assistants et 30 personnels administratifs). Son champ de compétences s’appuie sur 4 200 comptabilités représentant quelque trente milliards d’euros de recettes de fonctionnement, pour ne pas dire de budget. En 2011, ce sont 57 rapports d’observation définitifs qui ont été publiés.
A ce propos, la présidente insiste fortement sur la transparence. « Chaque rapport défi nitif est publié sur la toile et, qui plus est, les journalistes en sont personnellement avertis. Les citoyens doivent pouvoir y avoir accès ».
Parallèlement, ce sont 33 avis budgétaires, mais aussi 48 jugements qui ont été rendus en 2011, répondant ainsi à la triple mission de la juridiction financière. Examen de la gestion, contrôle budgétaire et jugement, sans oublier la mission d’information du citoyen. N’omettons pas non plus la participation de la chambre à de nombreuses enquêtes nationales qui ont donné lieu également à la publication de rapports thématiques, dont le dernier sur les coûts de la filière électronucléaire a fait grand buzz. Au programme également de ces rapports thématiques, le SDIS (service départemental incendie-secours), la gestion des déchets ménagers ou encore l’organisation et la gestion des forces de sécurité publiques. Rapports chronophages que la chambre verrait bien en diminution, afin de consacrer davantage de temps aux dossiers régionaux.
En région, la chambre n’a pas manqué de dossiers d’importance ces derniers temps, pour ne parler que de ceux ayant trait au Sytral, à Eurexpo, à la ville d’Ecully ou encore celle de Villeurbanne et son CCAS, mais aussi sur les concessions de distribution d’électricité.
Catherine de Kersauson fait justement remarquer qu’entre la publication d’un rapport intermédiaire, puis définitif, deux mois statutaires doivent s’écouler pendant lesquels les collectivités ou organismes « contrôlés » peuvent établir leurs remarques, mais aussi redresser les situations.
Alors à ceux qui disent que la chambre ne dispose pas de moyens coercitifs, la présidente répond tout de go : « On est pas loin de l’équilibre et qui plus est, il existe toujours la possibilité de transférer certains dossiers au pénal ».
Il est vrai que les débats contradictoires se situent en amont et que le suivi des recommandations est à présent de mise dans l’année qui suit la publication du rapport.

Réformes et changements

Suite à la Loi du 13 décembre dernier, en attente de décret d’application (le projet étant déjà transmis au président de la Cour des comptes Didier Migaud), le nombre de chambres régionales devrait passer de 22 à 15. Le ressort de la Chambre Rhône-Alpes va donc s’implémenter de celui de la chambre auvergnate, avec mise en application en avril prochain. Concrètement, les deux juridictions ne feront plus qu’une et seront regroupées à Lyon, avant l’été. Le nombre de magistrats passant ainsi de 30 à 36. Autre fer au feu, l’élévation du seuil de compétence des chambres. Le seuil pour les communes qui était à présent de 3 500 habitants passera à 5 000 habitants avec des recettes supérieures à 3 millions d’euros, soit 1 600 comptabilités au lieu de 4 200, et ce en deux étapes (2013 et 2014). Le « budget global » contrôlable étant peu impacté, puisqu’il passe de 30 à 28 milliards d’euros.
Sur le fond, Catherine de Kersauson pense que cette nouveauté est loin « d’être une affaire en soi », car entre les examens et les contrôles, la Chambre ne traite environ que 150 affaires annuellement.

« Que le personnel de la chambre puisse trouver du bonheur au travail ! »

Lorsque l’on parle à la nouvelle présidente de la petite centaine de personnes qui travaille à ses côtés, elle devient encore plus souriante et ses yeux pétillent davantage.
Il est vrai qu’au delà des chiffres souvent rébarbatifs, elle accorde une attention particulière à l’aspect humain, voire RH de sa fonction, tout en parlant d’organiser au mieux l’intégration des compétences. On le comprend aisément, au delà de l’aspect humain de sa fonction, le management c’est aussi sa tasse de thé. Avec pour leitmotiv : « Que le personnel de la chambre puisse trouver du bonheur au travail ! »
Catherine de Kersauson ne manque donc pas de pain sur la planche, elle qui défi nit sa mission ainsi : représentation, présidence des délibérés et investissement personnel dans tous les sujets, sans oublier l’information des citoyens, mais sans jamais changer la nature des missions de la chambre.

Michel Godet




GiB
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide