Fermer la publicité

Le bridge en ligne lyonnais sacré champion du monde

le 11 septembre 2017 - Agnès GIRAUD-PASSOT - Homme ou femme de la semaine

Le bridge en ligne lyonnais sacré champion du monde

Yves Costel vient de remporter son cinquième titre de champion du monde de logiciel de bridge à Lyon. Il est le créateur de Wbridge5, un programme international qui attire 900 joueurs par jour.

« Le bridge est le dernier jeu où l’ordinateur n’est pas aussi fort que l’humain », déclare Yves Costel néanmoins convaincu que l’avenir de cette discipline dans laquelle il se distingue, est sur internet
Aujourd’hui ingénieur en retraite, Yves Costel a appris à jouer au bridge pendant ses années d’études. Mais ce loisir ne deviendra une passion que beaucoup plus tard, avec les premiers accès à internet. En 1998, il découvre alors qu’il existe des championnats du monde des programmes. Une aubaine pour ce professionnel de l’informatique qui travaille au sein de l’entreprise Potain à Ecully. Il se lance ainsi dans la conception d’un logiciel de bridge, Wbridge5,  qui permet aux amateurs de s’adonner à ce jeu de cartes sur ordinateur, en réseau et avec des partenaires. Et il lui apporte sans cesse des améliorations. « C’était un hobby. Le principe est le même que pour les matchs en équipe par 4, avec les programmes nord/sud et est/ouest qui permutent. Le site web, www.bridgez.net, est gratuit et propose un tournoi journalier basé sur nos programmes. Il reçoit environ 900 personnes par jour, des Français et des étrangers. »
En 2000, Yves Costel participe, pour la première fois, aux championnats du monde. Une compétition grisante à laquelle il répond présent chaque année. En 2005, il remporte son premier titre au Portugal. Et les victoires se succèdent : en 2006 à Shanghai, en 2008 à Las Vegas, en 2016 à Wroclaw et en 2017 à Lyon. « Ces victoires me font plaisir, bien-sûr, notamment à Lyon.  Cela m’a permis de faire des belles rencontres et des voyages que je n’aurai jamais faits sans le bridge. » A 68 ans, il n’a pas dit son dernier mot et songe déjà aux championnats du monde de 2018 qui lui feront découvrir Orlando.

A.G.-P.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide