Fermer la publicité

53 Md€ de richesse dégagée dans l'aire urbaine de Lyon

le 29 mars 2017 - Stéphanie POLETTE - Collectivités

53 Md€ de richesse dégagée dans l'aire urbaine de Lyon
Stéphanie Polette - David Kimelfeld, Metropole de Lyon, et Bertrand Kauffmann, Insee Auvergne-Rhône-Alpes

L'étude commandée par la Métropole de Lyon à l'Insee Auvergne-Rhône-Alpes est sans surprise : l'aire urbaine de Lyon concentre trois-quarts des richesses dégagées. Elle attire les entreprises mais également les habitants des territoires alentours qui ne sont « pas dépendants de Lyon mais bénéficient de sa richesse », selon David Kimelfeld, vice-président de la Métropole de Lyon en charge du développement économique.

Selon l’Insee Auvergne-Rhône-Alpes, l’aire urbaine de Lyon est la deuxième métropole derrière Paris et devant Aix-Marseille (36 Md€) et Toulouse (29 Md€) en richesse produite. L’étude, par ses chiffres, confirme les grandes tendances sur lesquelles s’appuient les politiques depuis plusieurs années : la métropole de Lyon produit des richesses « mais en fait aussi bénéficier les territoires alentours », a commenté David Kimelfeld.
« La métropole n’aspire pas toutes les richesses même si elle attire un certain nombre de talents », ajoute-t-il. L’étude montre que la métropole offre des excédents d’emplois à forte qualification avec des postes de cadres ou dans le domaine de la recherche. « L’industrie occupe 18 % des emplois salariés locaux. Cette étude confirme que notre stratégie tournée vers les politiques de filières en santé, numérique ou cleantech, est la bonne. »
D’autres questions son ainsi soulevées par ces résultats : veiller à équilibrer les richesses au sein même du territoire « avec plus de mixité sociale à l’Est du territoire mais aussi, dans l’autre sens, à l’Ouest et dans les Monts du Lyonnais » ; travailler sur les solutions de transport adaptées aux trajets domicile/travail des « navetteurs » ; penser la rénovation urbaine au regard de ces données économiques.

Chiffres clés
- 58 % de la richesse dégagée sont issus de l’économie productive, soit des biens industriels dans les secteurs de la chimie ou de la pharmacie, qui partent à l’extérieur du territoire, voire à l’export
- 74 % de la richesse dégagée sont produits dans le grand Lyon alors qu’il n’abrite que 60 % de la population
- le niveau de vie des habitants de la métropole de Lyon est évalué à 20 600 €, soit plus faible que celui du reste de l’aire urbaine estimé à 21 500 €
- la métropole concentre les emplois puisqu’elle en propose 122 pour 100 habitants, contre 78 pour 100 habitants dans le reste de l’aire urbaine
- 180 000 personnes habitant en dehors de la métropole de Lyon (des navetteurs) viennent y travailler
- 16 Md€ de salaires sont versés par les établissements du grand Lyon
- 10 Md€ de ces salaires sont détenus par des actifs résidant dans le grand Lyon et 6 Md€ par les navetteurs
- les flux quittant l’aire urbaine restent principalement sur les territoires de Saint-Etienne, Vienne et Grenoble



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide