Fermer la publicité

Olivier Nys : « Le grand gagnant de la métropole c'est l'usager »

le - - Collectivités

Olivier Nys : « Le grand gagnant de la métropole c'est l'usager »

Olivier Nys, directeur général des services est en fonction depuis février 2015. Après la création de la métropole, il vient de vivre une nouvelle étape forte marquée par l'élection du nouveau conseil métropolitain.

Vous venez de terminer une période post-électorale très intense ?
Ce fût une période dense, atypique, mais très intéressante pour la collectivité : beaucoup d’actes et d’arrêtés à rédiger, à signer avec des périmètres à redéfinir pour certains élus et leurs délégations. Et puis il a fallu que le nouveau président de la métropole rencontre ses principaux interlocuteurs institutionnels : préfet, présidents de syndicats, …

Justement, ces délégations sont-elles cohérentes ?
Il s’agit de redéfinitions à la marge, je pense à une partie des services informatiques ou à l’urbanisme réglementaire que nous raccrochons dorénavant à la délégation « aménagement du territoire ».

Vous occupez la plus haute fonction d’une des plus importantes collectivités de France. Quel est votre sentiment sur vos 20 premiers mois en tant que DGS ?
J’ai pris mes fonctions après avoir été directeur général adjoint des finances de la ville de Lyon de 2002 à 2008 sous l’égide de Gérard Collomb puis auparavant directeur général des service de la ville de Reims où j’ai aussi pu travailler sur des enjeux de mutualisation et de rapprochement de collectivités. Pouvoir succéder à Benoît Quignon à ce poste ne pouvait pas se refuser.

Comment gérez-vous justement les ressources humaines dans un contexte de baisse des dotations et plus globalement d’appauvrissement des finances des collectivités ?Le fait de ne pas remplacer les départs à la retraite des fonctionnaires territoriaux est une première réponse mais ce n’est pas l’unique. Le gain d’efficience pourrait aussi se réaliser aussi au niveau des usagers, en réduisant par exemple les prestations sociales. Mais je préfère réaliser des réformes structurelles malgré le fait que nous ayons perdu 175 M€ de DGF soit 8% du budget de fonctionnement.

La métropole de Lyon est souvent comparée à un laboratoire de bonnes pratiques. Qu’en pensez-vous ?
Nous avons dépassé le stade des expérimentations bien que notre collectivité soit nouvelle ! Nous avons validé l’essai. La métropole s’appuie sur des bases solides antérieures qui lui ont permis d’absorber les compétences du Département et qui rend soutenable les dépenses publiques.

En quoi l’échelon métropolitain est-il pertinent pour l’usager ?
A cet échelon nous possédons une cartographie globale et complète des politiques communales ce qui permet in fine de renforcer mécaniquement l’efficacité des services localement. La mutualisation des Centres communaux d’actions sociales de Lyon et des Maisons du Rhône est un bon exemple. Cette démarche permet d’unifier les processus d’instruction des aides communales et départementales et de gagner ainsi en efficacité. Le grand gagnant c’est l’usager.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide