Fermer la publicité

Edito : Courant continu

le - - Société

Edito : Courant continu
DR

.

Dans un délire obsidional, le citoyen a le sentiment d’une déferlante d’informations autour de la thématique, très prisée, du développement durable. Et ce n’est pas la tenue de la Semaine européenne du développement durable (du 30 mai au 5 juin), à laquelle participe la CNR (lire notre Grand Témoin), qui affaiblira cette perception.

Efficacité énergétique, climat, ville durable, biodiversité, consommation raisonnée, mobilité douce… Les vocables et autres concepts associés pullulent. Partout, on pense développement durable, on vit avec, on agit pour.

Initié en 2010 et doté de 47 Md€, le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) doit permettre d’accélérer la mutation de la France vers un nouveau modèle de développement, fondé sur deux éléments majeurs : l’innovation certes, mais aussi le développement durable. En visite à Lyon, Louis Schweitzer, commissaire général à l’investissement auprès du Premier ministre, a dressé un bilan de la mise en œuvre du PIA en Auvergne Rhône-Alpes. Où l’on apprend que depuis un lustre, quelque 115 M€ ont été débloqués en faveur du déploiement des énergies renouvelables et décarbonnées, 45 millions dédiés à la mobilité du futur et une enveloppe de 70 millions affectée à la ville de demain, durable et innovante. Parmi les projets innovants, retenons la technologie, signée conjointement par Michelin, IFP Energies nouvelles et Axens, permettant de produire, à partir de ressources renouvelables, le butadiène, composé utilisé pour fabriquer le caoutchouc synthétique et consommé par les industriels à hauteur de dix millions de tonnes chaque année. L’opportunité de s’affranchir des produits pétroliers. Quand on n’a pas de pétrole, il faut avoir des idées !

Des transports plus propres. De cette société lorgnant sur les énergies renouvelables et à l’aune d’une pollution citadine toujours plus prégnante, la mise à disposition de véhicules 100 % électriques était obvie. Service d’auto-partage sur ce créneau émergent, Bluely a réussi son pari lyonnais. Avec plus de 3 200 abonnements actifs et près de 40 000 locations depuis le début de l’année, Bluely (1,2 million de kilomètres parcourus depuis le début du service) agite l’étendard de la mobilité douce. Une révolution silencieuse accompagnée par les cyclistes, toujours plus nombreux sur le territoire de la métropole : leur trafic a été multiplié par trois depuis 2005. Le 100 000e cycliste a même été enregistré lors de son passage devant le totem de comptage électronique installé devant le tube modes doux du tunnel de la Croix-Rousse, ce 3 juin.

Selon l’adage, et dans un clin d’œil à l’énergie hydraulique, les petits ruisseaux font les grandes rivières. Comme la chose publique, la matière « développement durable » n’est donc pas qu’une prérogative étatique, mais bien l’affaire du plus grand nombre.




Laurent ODOUARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide