Fermer la publicité

« Une belle histoire de résilience »

le 08 mai 2017 - Agnès GIRAUD-PASSOT - Cinéma / Livres

« Une belle histoire de résilience »

La Solitude des enfants sages, premier roman de l'auteure lyonnaise Martine Duquesne, s'inscrit sur un fond de violence étouffée, entre une enfance en Algérie en 1962 et la vie familiale dans le Beaujolais en 2010.

« Le désir d’écrire, c’est viscéral, incontournable. Je me suis sentie dans l’urgence d’avoir quelque chose à dire. » Martine Duquesne éprouve le besoin impératif de faire jaillir le passé de son enfance en Algérie, au moment des « événements »,  et de raconter ses souvenirs en construisant une histoire. Cette mémoire intime est celle d’une petite fille qui essaie de comprendre la situation de son pays au cœur d’un contexte familial dépourvu d’amour. La violence résonne tout autour d’elle. Mais elle est une enfant sage qui ne pose pas de problèmes, qui résiste et qui surmonte les épreuves dans cette double tourmente. Entre une mère toxique et un père rêveur, elle se réfugie dans les livres, auprès de son amie Djamila. « C’est une belle histoire de résilience. » Une histoire dont l’intrigue se déroule sur deux époques, avec une alternance de chapitres  à Sebdou en 1962 et à Lachassagne en 2010. Dans cet aller-retour, le drame historique fait écho au drame familial. 

« Ce n’est pas une autobiographie », confirme Martine Duquesne qui a voulu raconter cette période de l’histoire de France, à travers le regard frais et innocent d’une enfant qui quitte l’Algérie à l’âge de sept ans et vient vivre à Villefranche-sur-Saône. La nostalgie du pays natal se mêle au devoir de témoigner. Elle utilise la littérature qui l’a toujours accompagnée. Depuis l'âge de 12 ans, elle écrit des journaux de bord puis elle enchaîne avec des histoires de vie et participe à des ateliers d’écriture. Au collège de la Tourette, à la Croix-Rousse, où elle enseigne l’anglais, elle propose l’écriture de scénarios à ses élèves.

« Cela déclenche plus facilement la parole. Ecrire est une façon de se connaître et de traiter le réel », confie la romancière. Avec La Solitude des enfants sages, Martine Duquesne publie son premier ouvrage aux éditions La Cheminante. « Devenir écrivain, je trouvais cela inaccessible… » Cette conquête du Graal, qui lui apporte une profonde émotion, l’entraîne déjà vers une nouvelle aventure avec l’écriture en cours d’un prochain livre.

Agnès Giraud-Passot

"La solitude des enfants sages", ed°La Cheminante, 256 pages, 20 €, www.lacheminante.fr





Du même sujet


Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide