Fermer la publicité

Adjugés aux Brotteaux !

le 18 juillet 2017 - Philippe JAYET - Enchères

Adjugés aux Brotteaux !
Cabriolet Peugeot de 1967 adjugé 38 520 EUR (frais compris)

Voitures de collection et arts décoratifs du XXe ont marqué la fin de la saison aux Brotteaux. Retour en images sur quelques-uns des plus beaux résultats sous le marteau de Maître Claude Aguttes.

Vrombissements de moteurs et carrosseries astiquées le 10 juin dernier aux Brotteaux pour une nouvelle édition des ventes automobilia & automobiles de collection. Comme de tradition étaient proposés en début de catalogue des accessoires, documents et autres objets relatifs à l'univers de l'automobile. Frais compris, on retient les 496 € portés par un collectionneur sur un rare catalogue de présentation Bugatti à destination d'un garage de Zurich, tandis qu'un autre montait les enchères jusqu'à 3 472 € pour acquérir un bronze de Michel Sauze représentant une Ferrari Testarossa.

Au chapitre des grosses cylindrées et autres carrosseries de rêve, on note les 52 920 € atteints par une Porsche 912 Targa de 1969 tandis qu'une Mercedes 280 SL Pagode également de 1969 réalisait 90 120 € (frais compris). Pour la petite note de fierté nationale, gros plan pour suivre sur l'adjudication à 38 520 € (frais compris) prononcée pour un Cabriolet 404 Peugeot de 1967 initialement estimé entre 10 et 20 000 €, tandis qu'en matière de curiosité, une mini-jeep Willys et sa remorque, fidèle reproduction en modèle thermique pour enfant de la célèbre Jeep de la Seconde Guerre mondiale, trouvait preneur à 5 704 € (frais compris).

Puissance toujours, cette fois non plus des moteurs, mais dans les formes et les décors des arts décoratifs du XXe siècle, avec une belle vente programmée le 20 juin toujours aux Brotteaux. De Louis Majorelle, on retenait un beau meuble vitrine en acajou et placage d'acajou à décor de paysage lacustre et motifs floraux adjugé 3 825 € (frais compris), tandis que pour Emile Gallé, l'attention se concentrait sur une suite de trois vaporisateurs en verre doublé estimée entre 300 et 400 € mais pour laquelle des amateurs ont poussé les enchères jusqu'à 2 677 € (frais compris).

Du Maître Jules Leleu, on remarquait pour suivre une belle paire de fauteuils en acajou blond et garniture de tissu bleu à rayures située vers 1920 et réalisée pour le paquebot « Ile de France », pour laquelle un collectionneur poussait les enchères jusqu'à 5 100 € (frais compris), alors que Charlotte Perriand confirmait pour sa part tout l'intérêt du public porté sur son travail avec l'adjudication à 5 992 € (frais compris) atteinte par une suite de douze chaises modèle « Méribel » à structure en pin et assise paillée.

Moins connues du grand public, deux œuvres des frères céramistes et sculpteurs Robert et Jean Cloutier trouvaient dans la même vente facilement preneur à leurs estimations. La première sous la forme d'une rare lampe « Taureau » à visage humain double face en faïence émaillée rose brune adjugée 2 550 €, la seconde sous la forme d'une sculpture en faïence non émaillée exécutée à partir d'un élément de claustra figurant un taureau pour laquelle un amateur poussait les enchères jusqu'à 2 805 € (frais compris). Focus sur Jean Lurçat pour conclure avec les 2 167 € (frais compris) réalisés par une classique tapisserie d'Aubusson à décor polychrome initialement estimée 1 300 / 1 500 €.





Du même sujet


Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide