Fermer la publicité

Gerson, le rire en pagaille

le 13 octobre 2017 - Charlotte ROBERT - Spectacle vivant

Gerson, le rire en pagaille
© DR - Le talentueux Biscotte a remporté deux prix sur trois

La 5e édition de « l'Espace Gerson fait son festival » s'est clôturée samedi 30 septembre. Grands gagnants de la soirée : Biscotte et Anaïs Tampère-Lebreton, jeunes talents à suivre de près !

Le traditionnel festival Gerson dédié à l'humour et à la découverte des jeunes talents s'est déroulé du 25 au 30 septembre. Six jours durant, pas moins de 17 artistes se sont produits devant quelque 2 350 spectateurs entre le café-théâtre du Vieux-Lyon et le Radiant-Bellevue, lieu du grand final orchestré tambour battant par le prodige belge Alex Vizorek.

Sous le regard bienveillant de Jacques Chambon, parrain de cette 5e édition, les apprentis performers se sont produits avec plus ou moins de réussite et d'assurance (pour certains d'entre eux, il s'agissait d'une première). Ce qui n'a pas empêché le public de goûter son plaisir, lui qui a pu repérer en avant-première ceux qui allaient nous faire rire demain. Et de ce côté, que l'on se rassure : la relève est assurée !

On les a aimés… Ils ont été primés

Tout Lyon Affiches, membre du Jury 2017 du festival, se réjouit de la victoire d'Anaïs Tampère-Lebreton, qui repart avec le Prix de la Saône, récompense décernée par la presse. Son air perdu, son humour grinçant et ses postures décalées nous ont séduits, bien que le coup de cœur personnel de la rédaction se porte vers le jeune Félix Radu (21 ans), fine plume au grand potentiel dont nous vous donnerons prochainement des nouvelles…

Autre grand gagnant – mérité – de la soirée : l'impayable Biscotte, qui non content d'avoir raflé le prix des professionnels, repart aussi avec le vote du public. Comment résister à ce trentenaire au capital sympathie surdimensionné et aux chansons diablement drôles ? Quelques airs de guitare, un ton résolument bon enfant… Ce musicien de formation possède d'ores et déjà un joli répertoire populaire, mixant airs paillards, souvenirs d'enfance et même quelques textes historiques. Mention spéciale pour « C'était chouettos le Moyen-Âge » et « Quand on s'appelle Ruth », doux souvenir d'une ex allemande quelque peu bourrue dont le refrain continue aujourd'hui encore de nous hanter !

Vivement le 24 septembre 2018, qu'on rempile pour la 6e édition.





Du même sujet


Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide