Fermer la publicité

Les Debussy n'ont pas de chapelle

le - - Musique

Les Debussy n'ont pas de chapelle
(©Gilles Pautigny) - Cédric Conchon, violoncelle ; Vincent Deprecq, alto ; Marc Vieillefon, Christophe Collette, violons

Il est des formations de musique classique qui restent dans leurs chapelles et n'en sortent pas. Et tant pis si la musique qui est jouée n'intéressent que quelques personnes vieillissantes. Le quatuor Debussy n'est pas de celles-là.

Même si c'est dans une chapelle (La Trinité) que la formation lyonnaise va faire sa rentrée dans sa ville d'origine et d'attache, c'est avec des artistes qui évoluent dans d'autres univers que celui de la musique classique. Les 27 et 28 octobre, la bande des quatre sera en concert avec Cocoon puis Keren Ann, deux artistes de la scène pop française : "Un programme de chansons entrecoupé de morceaux de musique classique..."explique Christophe Collette, directeur artistique et l'un des deux violons." De retour d'une tournée de 11 dates au Japon et 3 en Australie, le musicien explique que les Japonais sont beaucoup plus friands des compositeurs français que les hexagonaux eux-mêmes. Infatigable, presque boulimique de la scène, le quatuor enchaîne tournée à l'étranger, dates françaises, collaborations diverses.

Le 9 novembre, ils reviendront en la chapelle de la Trinité (Lyon2è) avec les célèbres soeur Labèque et leurs pianos, dans un programme Philipp Glass. Hip-hop, cirque, chanson, ciné-concert...et programme par coeur (Jeux d'ombres), les Debussy ne restent jamais exactement là on les attendrait : "Nous avons un bon réseau de programmateurs qui nous font des propositions de collaborations dans la chanson, le cirque, la danse (comme ce fut le cas avec Guy Darmet, ancien directeur de la Maison de la danse de Lyon)...Le quatuor, c'est merveilleux, c'est le rêve pour un musicien, car c'est un travail collégial, et on n'a pas de chef, on a une liberté de création, à condition de consacrer des heures à la discussion, pour se mettre d'accord ! lâche C.Collette dans un sourire."

Debussy accroché à Croix-Rousse

Le quatuor Debussy, créé et basé à Lyon, non content de mener une carrière échevelée de concerts en France et ailleurs, s'insère dans la vie sociale de sa ville, pour y mener un travail citoyen, voire pédagogique. Il était à l'étroit dans ses locaux de l'école Commandant-Arnaud de Croix-Rousse. Après avoir examiné la situation avec le maire du quatrième, David Kimelfeld, aujourd'hui président de la Métropole, des locaux vacants ont été trouvés au sein du site de l'ESPE (école supérieure du professorat et de l'éducation, ex IUFM) toujours à Croix-Rousse. Là, le groupe bénéficiera d'un studio de répétition, de pièces-bureaux pour les quatre personnes dédiées au fonctionnement et à l'administration, d'une salle de documentation-partothèque. Il pourra de surcroît avoir accès à une salle de concert au sein de l'école à deux pas de leurs locaux : "Une salle de très bonne qualité acoustique, souligne Christophe Collette."




Eric SEVEYRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide