Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

TER : la Région vise 40 % de retards en moins

le - - Collectivités

TER : la Région vise 40 % de retards en moins
Michel Pérès/Région Auvergne-Rhône-Alpes - Laurent Wauquiez et Guillaume Pepy ont trouvé un accord pour la nouvelle convention TER.

Dans la première région TER de l'Hexagone, hors Ile-de-France, la nouvelle convention, entre la SNCF et la Région, devrait améliorer la qualité de service en réduisant les retards et les annulations.

Après deux ans d'âpres négociations, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, et Guillaume Pepy, président du directoire de SNCF, ont trouvé un accord pour la nouvelle convention d'exploitation des TER dans la région. La feuille de route est claire et met l'accent sur la qualité de services. « Cette convention repose sur un système de bonus-malus : si la SNCF n'améliore pas le service rendu aux usagers, alors elle devra payer de plus grandes pénalités », affirme Laurent Wauquiez. En contrepartie d'un budget annuel de fonctionnement de 543 M€ sur la période 2017-2022, la Région fait donc valoir ses exigences : moins de retards et moins d'annulations sous peine de sanctions.

Avec 175 000 voyageurs, 1 500 trains et 600 cars par jour, Auvergne-Rhône-Alpes est la première région TER de France, hors région parisienne, mais aussi la deuxième région accusant le plus de retards. Dans le cadre du nouveau plan, l'objectif est de baisser de 40 % le nombre de TER en retard pour atteindre 90 % de TER à l'heure en 2020, contre 87,1 % aujourd'hui, et de diviser par deux le nombre de trains annulés à la dernière minute pour arriver à 1 700 en 2020.

Pour avoir un moyen de pression, la convention fixe une pénalité de 150 € par train en retard et jusqu'à cinq fois plus par train annulé. Sur les lignes les plus en difficulté (Lyon-Saint-Etienne, Lyon-Grenoble, Lyon-Chambéry…), c'est un système de bonus-malus de 1,2 M€ par an qui a été retenu avec des objectifs de régularité annuels.

Pour donner la mesure des changements, la Région explique que, sur les bases de la nouvelle convention, les pénalités totales en 2015 auraient été de 5,2 M€ et non 0,7 M€.

Sécurité et confort

Pour améliorer la qualité et la régularité des TER, la Région octroie également 252 M€ pour la maintenance et la remise à neuf des rames ainsi que 161 M€ pour la modernisation du nœud ferroviaire lyonnais, responsable d'un tiers des retards. D'autres points de la convention visent à renforcer le confort des voyageurs. Ainsi, une expérimentation du wifi à bord sera menée en 2018 sur les lignes Mâcon-Valence et Lyon-Clermont-Ferrand. Sur le volet de la sécurité, 1 300 caméras de vidéoprotection seront déployés dans 123 gares sur le mandat et 80 agents de police ferroviaire supplémentaires seront financés.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide