Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Victor Bosch revisite les Belles journées de Bourgoin-Jallieu

le - - Musique

Victor Bosch revisite les Belles journées de Bourgoin-Jallieu
DR - Eddy de Pretto, parmi les nouveaux talents de la chanson française, le 8 septembre

Bourgoin-Jallieu propose de nouvelles Belles Journées les 7 et 8 septembre prochains, pour la 4e édition du festival de musique en plein air. Un renouveau apporté par le programmateur lyonnais Victor Bosch, appelé par le maire Vincent Chriqui pour redonner de l'ampleur à la fréquentation. Objectif : dépasser les 2000 spectateurs par soirée, quand on en avait dénombré la moitié en 2017.

Bourgoin-Jallieu propose de nouvelles Belles Journées les 7 et 8 septembre prochains, pour la 4e édition du festival de musique en plein air. Un renouveau apporté par le programmateur lyonnais Victor Bosch, appelé par le maire Vincent Chriqui pour redonner de l'ampleur à la fréquentation. Objectif : dépasser les 2000 spectateurs par soirée, quand on en avait dénombré la moitié en 2017.

Quelques jours après le rush de la rentrée scolaire (et pourvu qu'il fasse beau), Les Belles journées ont un petit goût de prolongation des vacances d'été. Les programmateurs ont eu du nez, en signant il y a plusieurs mois avec des artistes qui ont été récompensés depuis par des prix divers dont certains par une Victoire de la musique 2018. Jugez plutôt : Slimane, Marina Kaye, Pomme, Juliette Armanet, Eddy de Pretto, Nevché.

Tous les six voient leur notoriété décoller et leur qualité reconnue par la critique et le public. Le Lyonnais Victor Bosch, ancien patron du Transbordeur de Lyon-Villeurbanne, actuel programmateur du Radiant de Caluire et du Toboggan de Décines, n'en est pas à son coup d'essai, et il sait s'entourer des bonnes équipes. Au risque parfois d'avoir pu froisser certaines susceptibilités esthétiques lyonnaises du côté de Décines, il faut avouer que les salles qu'il gère sont pleines.

Avec les Belles Journées, le maire de Bourgoin-Jallieu, Vincent Chriqui, ne s'en est pas caché, il voulait faire un festival rock lorsqu' il est arrivé aux manettes de la ville il y a quatre ans : « J'adore le rock ! » confirme-t-il. Les trois premières éditions n'ont pas démérité, sans toutefois atteindre le succès escompté.

Quant à l'édition 2017, Les Belles Journées d'arrière saison estivale, se sont déroulées sous une pluie battante dans le parc des Lilattes. La pluie s'ajoutant à une programmation moins « populaire », avec des artistes moins médiatisés, les soirées ont peiné à accueillir 1 000 spectateurs par soir. L'objectif est doublé cette année, et Victor Bosch, comme le maire, vont jusqu'à fixer la barre à hauteur de 2400-2500 spectateurs par soir.

« Le festival le moins cher de France »

On n'est pas dans une programmation rock pure et dure, plutôt « musiques actuelles » : « En Nord Isère, argue Vincent Chriqui, il y a trois festivals : Vienne et son jazz, La Côte-Saint-André et le classique, et maintenant Bourgoin-Jallieu, avec les musiques actuelles [...].»

Marie-Laure Desforges, adjointe à la culture, Vincent Chriqui, maire, Victor Bosch, programmateur

Pour forcer un peu la chance à défaut de contrôler la météo, il reste l'audace, le flair et un peu de marketing. Une soirée plutôt « jeune » précédera une soirée plutôt chanson « à textes » : « Six artistes de grande qualité en deux soirées, affirme Victor Bosch » avant d'ajouter en guise de deuxième argument massue : « Une politique tarifaire défiant toute concurrence, le festival le moins cher de France ». 20 € par soir (250 places à 17 € en préventes sur www.bellesjournees.fr et digitik.com ) ; 35 €le pass 2 soirs ; 25 € un soir sur place.

Fin connaisseur des festivals, Victor Bosch a trouvé une référence et une influence propres à faire rêver le public : le festival de Coachella en Californie (photo de l'affiche), en plein désert, un festival né en 1999, et qui se définit par sa liberté, et rencontre le succès : « Si l'un est perdu en plein désert, l'autre se trouve en plein centre-ville au milieu d'arbres centenaires ! [...] On ne peut pas tricher avec l'identité d'un festival, surtout de musiques actuelles, tout s'entend ! »

Quelques moyens supplémentaires ont été mobilisés par rapport à 2017 à hauteur de 40 000 €, principalement pour les cachets d'artistes. La jauge maximale reste fixée à 3 000 personnes.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide