Fermer la publicité

Trois challengers à l'honneur

le 26 décembre 2015 - Agnès GIRAUD-PASSOT - Retrospective 2015

Trois challengers à l'honneur
D.R. - Véronique Szkudlarek

Chaque semaine de l'année 2015, un portrait a ouvert notre journal. Pour ce dernier numéro, nous retiendrons trois parcours singuliers qui ont laissé une empreinte dans le paysage lyonnais, par leur engagement audacieux, leur projet et leur foi en l'avenir.

Véronique Szkudlarek, directrice de la Foire internationale de Lyon, a construit sa vie avec la force d’un tempérament hardi et invétéré, forgé par le profond désir de quitter la cité minière de son enfance et d’évoluer professionnellement. Orthoptiste de formation, curieuse et ambitieuse  de nature, elle n’a pas hésité, après avoir obtenu un MBA à l’EM Lyon, à forcer les portes du monde de l’événementiel pour donner un nouvel élan à sa carrière. Elle a découvert l’univers des salons professionnels et en est devenue une organisatrice avérée. Elle a alors intégré le groupe GL Events et a pris la barre de cet énorme paquebot qu’est la Foire de Lyon en 2008.
Cet événement lyonnais, né au Moyen Age est le plus fédérateur de l’année, avec une moyenne de 200 000 visiteurs en onze jours. Véritable chef d’orchestre de cette manifestation, Véronique Szkudlarek fait preuve d’une rigueur sans faille, d’une créativité permanente et d’une passion éclatante. Elle a su faire rebondir la Foire et elle doit désormais en assurer la pérennité en cherchant sans cesse de nouveaux concepts et des idées d’exposition. Pour cela, elle s’investit avec une énergie intarissable. « Plus je vieillis, plus je me sens jeune ! », avoue le maestro de la Foire de Lyon. En 2015, elle a passé la vitesse supérieure et veut maintenir ce cap en faisant de la Foire une vitrine économique régionale.

Sophie Moreau, présidente de l’association « Courir pour elles », fait déferler la vague rose, chaque année depuis 2010, lorsque des milliers de femmes s’élancent, un dimanche matin du mois de mai, au parc Lacroix-Laval, pour courir ou marcher vers un même objectif : celui d’inciter à la pratique sportive pour prévenir et accompagner les cancers féminins.
Sportive confirmée et convaincue des bienfaits de l’activité physique, elle crée l’association « Courir pour elles » en 2009 alors qu’elle vient d’être licenciée. Elle veut alors donner un autre sens à sa vie mais aussi porter un regard plus attentif sur celle des autres. Elle veut faire évoluer les mentalités et faire prendre conscience aux femmes qu’elles peuvent améliorer leur santé en bougeant, en sortant de leur sédentarité et d’un certain isolement. Elle organise ainsi trois événements sportifs annuels pour leur permettre de s’initier au vélo, à la danse, la course, la marche et au yoga et découvrir les bienfaits du sport, acteur incontournable du bien-être et de la santé.
Le succès de ces challenges roses est désormais acquis, les participantes sont de plus en plus nombreuses. Pour répondre à l’ampleur de cette mobilisation, « Courir pour elles » se déplacera à Bron Parilly en mai 2016 pour accueillir au moins 15 000 femmes. Rien n’arrête désormais Sophie Moreau, ancienne marathonienne, aujourd’hui triathlète. Au-delà de son appétence sportive qu’elle veut inoculer dans un élan de partage, de solidarité et de convivialité, elle interpelle les élus pour que le sport santé soit une priorité publique. « Le sport doit devenir une hygiène de vie pour tous ! » clame-t-elle.

Charles Hedrich, sportif aventurier, est un ancien chasseur de têtes qui parcourt le monde à la rame, à la voile, à ski pour établir des records. Depuis l’âge de 20 ans, l’homme rêve de partir sur les traces de Steve Fossett. Il sait qu’il est doué de qualités physiques et d’une volonté incommensurable qui peuvent pousser ses ambitions très loin. Cependant, il attend d’avoir 44 ans pour se lancer dans une nouvelle vie et tourner la page de celle, plus banale, de chef d’entreprise. Il veut devenir le numéro un mondial du sport aventure. Il enchaîne alors les défis dans des disciplines qu’il pratiquait jusqu’alors tout juste en amateur. Et il gagne ses paris en traversant le pôle Nord en complète autonomie, en réalisant le tour du monde à la voile par les deux pôles, en effectuant un aller-retour en solitaire sur l’Atlantique à la rame, en parcourant le désert d’Atacama à la marche,… Son principal atout est une détermination sans limite accompagnée d’une rusticité hors du commun. « L’élément capital est la motivation. » La sienne est sans répit comme les expéditions inédites qu’il multiplie sans prendre le temps de rêver.
Préoccupé par l’environnement naturel et les changements climatiques, Charles Hedrich participe à la réinsertion des jeunes en difficulté qui le suivent dans certaines aventures sportives.


 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide