Fermer la publicité

Le groupe Mama Shelter fait son entrée sur le marché du coworking

le 21 septembre 2017 - Severine RENARD - Entreprise de la semaine

Le groupe Mama Shelter fait son entrée sur le marché du coworking

Lyon accueille un nouveau concept d'espaces de coworking. Avec Mama Works, inauguré cette semaine dans le quartier de la Part-Dieu, la famille Trigano espère bien connaître le même succès qu'avec ses hôtels-restaurants Mama Shelter.

Serge Trigano et ses fils, Benjamin et Jérémie, apprécient Lyon. La ville, qui avait déjà accueilli le troisième hôtel Mama Shelter du groupe, est cette fois la première à découvrir Mama Works. Implanté à côté des Halles Paul-Bocuse, cet espace de coworking de 1 600 m2 entend bien surprendre. Les fondateurs promettent d’ailleurs « une vie de bureau galvanisée ».

Parce que travailler et se détendre ne sont pas antinomiques, Mama Works propose un lieu qui est à la fois une bulle propice à l'inspiration et à la concentration, une agora stimulante où brainstormer avec ses équipes, un loft lumineux où rencontrer d’autres nomades et partager des idées. Pour faire vivre cet espace, l’aménagement et les services ont été soignés. Moquettes à motifs, plafonds écrits, chaises design, salon cocooning… donnent une identité forte tout en apport du confort. Pour un moment de repos, direction le Mama Drinks où un barista sert le café à votre goût à côté d’un baby-foot et d’un jeu d’échecs. « Notre savoir-faire dans le service hôtelier fait la différence. Nous apportons des prestations extras avec une salle de sport, une salle de musique, des conférences accessibles gratuitement », souligne Serge Trigano.


Différents formules d’abonnements flexibles permettent de s’adapter à tous les profils : poste libre en open space, place dédiée en open space, bureau privé de 2 à 10 personnes. Mama Works dispose de 230 postes de travail et 7 salles de réunion. Il faut compter 199 € HT/mois pour l’offre mobile, 389 € HT/ mois pour un poste fixe et 990 € HT/mois pour un bureau de 2 personnes. « Nous avons ouvert en juillet et affichons 40 % de taux d’occupation. Nous visons 100 % dans un an », fait savoir Pierre Mattei, gérant-fondateur du groupe Keys Asset Management qui développe Mama Works en partenariat avec la famille Trigano. Après Lyon, d’autres Mama Works ouvriront à Bordeaux en fin d’année puis à Lille début 2018. « L’an prochain, nous tablons sur 5 M€ de chiffre d’affaires », précise Pierre Mattei.

Avec cette nouvelle activité connexe et en appliquant des recettes qui ont fait leurs preuves, l’objectif est bien réitérer le succès des hôtels Mama Shelter. « Il y a des passerelles évidentes entre l’hôtellerie et le coworking », estime Serge Trigano. Présentés comme des lieux de vie, les hôtels et restaurants Mama Shelter ont quelque peu bousculé le milieu de l’hôtellerie traditionnelle. L’établissement, ouvert dans le 7e arrondissement de Lyon en 2013, affiche 70 % de taux de remplissage. Mama Shelter, mis en scène à l’origine par le designer Philippe Starck, est également implanté à Paris, Marseille, Bordeaux, Los Angeles et Rio de Janeiro pour un total de 677 chambres.

Jérémie Trigano : « Nous avons la culture de l’hospitalité »

Pouvez-vous faire un point sur le développement de Mama Shelter ?

Aujourd’hui, nous avons 6 établissements dans le monde et d’autres sont en construction à Belgrade, Prague, Toulouse, Lille, Dubaï, Bangkok, Luxembourg, Lisbonne, Londres. Chaque hôtel-restaurant reprend l’ADN fun et décalé des Mama Shelter avec une touche design.

Que pèse le groupe aujourd’hui ?

Nous réalisons environ 50 M€ de chiffre d’affaires dont 18 M€ en hôtellerie et le reste en restauration. Nous employons 450 personnes.

Comment Mama Works entre-t-il dans votre stratégie ?

Nous avons une vraie culture de l’hospitalité et c’est ça qui fait la différence avec les autres espaces de coworking. Nous savons apporter des services en nous adaptant au monde du travail. Plutôt que des concerts comme nous en proposons dans les Mama Shelter, nous mettons en place des conférences dans les Mama Works. Un bar, une boutique, une salle de sport, des douches… contribuent aussi à faciliter la vie des coworkers. Nous voulons créer une communauté.

Quelles sont vos ambitions avec Mama Works ?

Nous voulons nous inscrire sur un rythme d’une ouverture par trimestre, d’abord en France puis en Europe à partir de 2019. Nous recherchons des surfaces d’au moins 2 000 m2. Nous réfléchissons aussi à développer de nouveaux services à forte valeur ajoutée dans nos espaces. A l’avenir, Mama Works pourrait par exemple proposer une crèche.





Du même sujet


Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide