Fermer la publicité

EverCleanHand Solutions veut révolutionner le lavage de main

le 11 août 2017 - Stéphanie BORG - La Start-up qui change votre quotidien

EverCleanHand Solutions veut révolutionner le lavage de main
Photo DR - Evercleanhand, version prototypée

La start-up grenobloise va commercialiser une machine qui désinfecte les mains à base d'une lotion hydrovégétale. Elle est la gagnante du 2e prix national de la Fabrique Aviva.

L'équipe d'EverCleanHand est arrivée 2e sur 1 253 projets nationaux présentés lors du 2e concours de la Fabrique Aviva. Ces prix, d'un montant global d'1 M€, visent à soutenir l'innovation dans une dimension sociale et solidaire. A leurs côtés, une dizaine de projets régionaux ont reçu des prix compris entre 2 000 et 5 000 €.

"Notre projet s'inscrit dans une démarche globale de protection de la santé", souligne Asbed Kechichian, co-fondateur et dirigeant de la structure. Incubée chez Linksium depuis 2 ans, la start-up a donné naissance à un premier prototype lui permettant de présenter son projet à des clients potentiels. De grandes sociétés de restauration collectives et pharmaceutiques sont d'ores et déjà intéressées.

Le concept : insérer ses mains dans deux tubes où sont projetés, pendant 7 secondes, quelques gouttes de solution hydrovégétale (fabriqué dans les Vosges) puis séchées par un brouillard sec. Le tout sur pied et sans contact avec la machine. "Nous voulons construire une véritable expérience autour du lavage de main pour rendre ce geste mécanique. 80% des virus sont encore transmis par les mains", rappelle le dirigeant.

EverCleanHand Solutions, qui va intégrer LyonBiopole, veut rentrer en phase d'industrialisation pour une commercialisation, sous forme de location avec services compris, début 2018. Ses dirigeants ont la volonté de faire assembler, tester et contrôler leurs machines en France, de préférence par des ateliers protégés.

Elle envisage de recruter 5 collaborateurs l'année prochaine. Et vise les 35 salariés d'ici 5 ans. Son objectif : commercialiser 200 machines en 2018, 3 200 d'ici 2022.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide