Fermer la publicité

La Caisse d'Epargne Rhône Alpes développe une approche sectorielle

le 04 février 2017 - Severine RENARD - Finances

La Caisse d'Epargne Rhône Alpes développe une approche sectorielle
DR - Les membres du directoire de la Caisse d'Epargne Rhône Alpes

La feuille de route 2017 prévoit une spécialisation secteur et une spécialisation métier pour apporter une meilleure expertise aux clients.

Les chiffres de l’activité 2016 ne seront dévoilés que dans quelques semaines. Stéphanie Paix, présidente du directoire, annonce déjà une « petite baisse du Produit Net Bancaire en 2016, mais une stabilisation en 2017 » grâce aux investissements passés qui portent leurs fruits. C’est le cas de la Banque du Léman, créée en 2004, qui a ouvert l’an dernier une activité Entreprises ou de l’activité gestion de fortune avec Hyperia.
Cette année, la Caisse d’Epargne Rhône Alpes poursuit son développement en misant sur la spécialisation sectorielle. En avril, une agence Santé et une agence Economie Sociale et Solidaire seront créées. Basées à Lyon, elles rayonneront sur les cinq départements de l’établissement. « Nous voulons être au cœur des éco-systèmes pour apporter un service encore plus performant à nos clients », justifie Didier Bruno, membre du directoire. En santé, la CERA veut ainsi être plus présente auprès des acteurs que sont les établissements hospitaliers, les pharmacies, les laboratoires, la médecine de ville et le médico-social. L’activité de la banque auprès des professionnels de ce secteur représente aujourd’hui environ 1,5 Md€ de collecte et 600 M€ de crédit. Même démarche pour l’économie sociale et solidaire pour mieux accompagner les associations, les coopératives, les mutuelles, les fondations…
Dans les Alpes, la CERA s’est dotée en 2011 d’une agence Montagne. Son action va être renforcée pour permettre un meilleur soutien aux communes supports de stations de ski. « Notre rôle est de favoriser la cohérence entre tous les partenaires que sont les collectivités, les sociétés de remontées mécaniques, les équipementiers, les offices de tourisme…pour les aider à affronter les nombreux challenges de la montagne en matière d’immobilier ou de climat », explique Didier Bruno.
La banque souhaite également adopter une approche moins généraliste en accentuant la spécialisation de ses collaborateurs. Un expert de l’immobilier, un fiscaliste, un gestionnaire de fortune… le client doit être orienté vers un spécialiste en fonction de sa demande. « Notre avons un rôle de tiers de confiance », conclut Stéphanie Paix.

Les défis 2017

La Caisse d’Epargne Rhône Alpes aura à relever trois défis majeurs cette année. Tout d’abord, anticiper les prochaines contraintes réglementaires. « 2018 sera un grand cru avec notamment la norme IFRS9 », fait savoir Stéphanie Paix. La CERA doit aussi s’adapter à des taux immobiliers toujours très bas qui grappillent la marge, malgré une légère remontée des taux fin 2016. Dans ce contexte, la vente de nouveaux produits, comme des assurances, trouve toute sa place. Enfin, la digitalisation bouleverse l’industrie bancaire. « Plutôt que de prendre frontalement ces fintechs, nous avons choisi de collaborer en créant l’incubateur B612 », rappelle la présidente. La transformation digitale passe également par une nouvelle approche du parcours client avec un objectif : apporter une réponse rapide et sur-mesure quel que soit le canal utilisé.





Du même sujet


Le Tout Lyon

Hebdomadaire régional

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Tout Lyon› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide