Fermer la publicité

Philippe Adjadj : « Digitaliser l'offre de transport de marchandises pour les Pme »

le 27 mars 2017 - Julien THIBERT - Homme ou femme de la semaine

Philippe Adjadj  : « Digitaliser l'offre de transport de marchandises pour les Pme »

.

Avec près de 36000 sociétés de transports éparpillées dans l’Hexagone, pas facile pour une entreprise de trouver la solution adéquate pour assurer son fret. Parti de ce constat, et de son expérience de directeur des achats dans les secteurs du transport et de la logistique (TNT Express et Rhenus Logistics principalement), Philippe Adjadj a co-fondé à Lyon sa start-up baptisée Fretly.
Cette plateforme en ligne permet de digitaliser l’ensemble des appels d’offres en France émises par les chargeurs. Aussi, nous effectuons un sourcing auprès des transporteurs pour proposer aux entreprises une grille de tarif, selon les spécificités des produits à transporter, et d’optimiser ainsi la comparaison des prix. La plateforme s’adresse essentiellement au Pme et ETI dans le domaine du transport routier de marchandises au niveau national ou au départ de France, du colis au camion complet.
« J’avais ce projet en tête depuis de nombreuses années. Mon départ de TNT Express qui correspondait à une divergence de la politique d’achat, initiée suite au rachat par Fedex, a accéléré sa faisabilité » confie P. Adjadj qui s’est associé à Sandrine Klenovski, ingénieur informatique. L’expertise digitale est apportée 1Kubator à Lyon permettant à la start-up de mûrir et de préparer la commercialisation de sa plateforme d’ici cet été. Actuellement, Fretly est en phase de test auprès d’une poignée de transporteurs. « Notre objectif est d’intégrer rapidement 1500 transporteurs, qui je le précise n’auront rien à débourser, pour rendre pertinent notre outil » note l’entrepreneur dont le modèle économique s’axe autour d’une offre complète destinée au chargeurs. « Nous allons plus loin que la simple comparaison des prestations de transport puisque le processus d’achat  inclut un accompagnement jusqu’à la contractualisation »



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide