Fermer la publicité

Logement neuf : embellie du marché en 2016

le 03 février 2017 - Stéphanie BORG - Immobilier-TP-Bâtiment - article lu 66 fois

Logement neuf : embellie du marché en 2016
Illustration Cecimobs - Lyon Métropole, prix moyen par secteur géographique (hors vente bloc et stationnement, TVA normale)

Le marché du logement neuf sur la Métropole de Lyon poursuit sa progression. Déjà amorcée en 2015, elle confirme ainsi une embellie du marché. Mais ce dernier reste marqué par la baisse de l'offre disponible entrainant une possible tension sur les prix.

En 2016, les réservations nettes pour l'ensemble des produits immobiliers neufs (collectif, maison individuelle et résidences avec services) ont augmenté de 17 % par rapport à 2015. Sur la base de 6 726 réservations (93 % de collectif), "le bilan de l'année reste positif", souligne Jean-Jacques Mathias, président de l'Observatoire du Centre d'Études de la Conjoncture Immobilière (CECIM). Un cru 2016 qui marque aussi le retour des investisseurs privés (47 % des réservations) sans pour autant imputer sur un socle solide d'acquéreurs occupants (33 % des réservations). "La baisse des taux d'intérêt, le dispositif d'investissement locatif Pinel et le passage en zone A de Lyon et Villeurbanne expliquent cette tendance", poursuit Jean-Jacques Mathias.

De bonnes performances qui entraînent, paradoxalement, une baisse de l'offre disponible (- 13 %). "Les stocks actuels sont inférieurs à 8 mois. Ils atteignent même 6 mois sur la zone A. Hors, en règle générale, détenir 12 mois de stock apporte un certain équilibre pour éviter les tensions, notamment sur l'augmentation des prix. Il est urgent de pouvoir reconstituer ces stocks en permettant de nouveaux projets, sinon les promoteurs risquent de se tourner vers le marché extérieur", indique Hervé Simon, président de la Fédération des promoteurs immobiliers de la région lyonnaise.

Consciente, la Métropole de Lyon a pourtant déjà "autorisé la construction de 500 logements supplémentaires comparé à ce qui se pratiquait", rappelle Michel Le Faou, adjoint au Maire de Lyon et Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge de l'urbanisme. Et compte sur l'arrivée sur le marché des programmes en cours de construction à la Duchère, Mermoz et à la Zac des Girondins (Gerland).

PLU-H en révision

Pour éviter la pénurie de logements et contenir l'augmentation des prix en 2017, "il faudrait que les taux d'intérêt ne remontent pas trop vite, que la confiance des investisseurs soient au rendez-vous malgré les échéances électorales et que la révision du PLU-H soit rapidement mis en œuvre", poursuit Hervé Simon.


En effet, les acteurs du marché du neuf souhaiteraient que le futur plan local d'urbanisme, en cours de rédaction et qui devrait être validé pour début 2018, "permette d'améliorer la fluidité des autorisations de construire" sans être obligé de respecter une certaine typologie de logements (notamment les T4, plus long à être commercialisé), comme certaines communes envisagent de l'imposer. "A Lyon, il n'y aura pas d'obligation, mais des recommandations pour respecter un certain équilibre entre les typologies de logements, car nous souhaitons conserver les ménages au cœur de l'agglomération", conclut Michel Le Faou.

Malgré les tensions, les prix du marché du neuf restent, à l'exception de quelques programmes, actuellement relativement stables.

Stéphanie Borg

4 116 €
C'est le prix moyen par m2 des logements neufs collectifs (hors ventes bloc et stationnements, à TVA normale) au 31 décembre 2016 sur la Métropole de Lyon. Un prix qui peut varier de 1 874 € pour un T5 à Givors (propriétaire utilisateur) à 11 636 € pour un T1 dans le premier arrondissement de Lyon (investisseur). "La Métropole de Lyon dispose d'un panel large et d'une offre variée qui permet de répondre aux attentes et aux besoins de chacun. Malgré quelques ajustements, c'est un marché équilibré, fruit d'un travail collectif depuis plusieurs années", commente Michel Le Faou, adjoint au Maire de Lyon et Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge de l'urbanisme. Sur le marché de l'ancien, le prix médian pour un appartement s'élève à 2 820 € par m2. A Lyon, il varie de 4 300 € dans la Presqu'île de Lyon à 1 940 € sur le plateau de la Duchère.

S.B.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide