Fermer la publicité

Mamieadom démocratise le concept de mamie au pair

le 23 mars 2017 - Stéphanie BORG - La Start-up qui change votre quotidien

Mamieadom démocratise le concept de mamie au pair
Capture écran mamieadom.com

Mamieadom.com met en relation des seniors désireux de vivre quelques mois dans une famille en France ou à l'étranger et des familles d'accueil ayant besoin d'une solution de garde pour les enfants ou la maison.

Calqué sur le modèle de la "jeune fille au pair", un jeune qui part à l'étranger pour s'immerger dans la culture locale tout en s'occupant d'enfants pour financer son voyager, mamieadom.com est une plateforme spécialisée dans les "mamies au pair", des seniors en quête de sens, "qui ont besoin de se sentir utile et d'avoir une vie sociale, mais en même temps n'ont pas toujours les moyens, du fait de la diminution des retraites, de voyager à loisir. D'un autre côté, confier son enfant à une personne qui a déjà de l'expérience avec des enfants peut-être plus rassurant pour une famille", explique Julie Autones, la fondatrice de mamieadom.

Imaginé comme un site de rencontre, la plateforme sert d'interface de mise en relation entre les "mamies" et leurs potentielles familles d'accueil. Même si elle procède pas à une sélection pour leur compte, Julie Autones reste attentive aux 800 profils actuellement présents sur le site : "nous demandons de remplir des profils assez détaillés, il faut être motivé pour remplir le formulaire. Ensuite, nous comptons sur la vigilance de la communauté pour nous signaler et remonter les profils inadaptés".

Depuis son lancement il y a trois ans, le site, disponible en 4 langues, a déjà permis des échanges en France, en Suisse, en Belgique, en Angleterre, en Espagne, et même en Corée du Sud. "Pour améliorer cette traçabilité, nous allons prochainement intégrer une fonction qui nous indiquera que la personne est en échange", poursuit-elle.

Imaginé à Toulouse, le projet s'est concrétisé au sein de l'Incubateur de Lyon 3. Premier résultat : la mise en relation vient de passer en version premium (les inscriptions sont gratuites, il faut ensuite compter 50 € pour un an d'abonnement). Une première assise financière (taux de conversion en cours, non communiqué) qui permet à l'entrepreneure de travailler sur un projet de levée de fonds (150 K€ minimum d'ici à la fin de l'année), nécessaire pour embaucher au moins une personne pour le développement et la communication à l'étranger.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide