Fermer la publicité

Shopopop, le service de livraison entre particuliers

le 18 juillet 2017 - Stéphanie BORG - La Start-up qui change votre quotidien

Shopopop, le service de livraison entre particuliers
Photo DR - Antoine Cheul et Johan Ricaut, co-fondateur de Shopopop.

Profiter de ses déplacements quotidiens pour arrondir ses fins de mois en effectuant quelques livraisons, c'est le concept développé par Shopopop. Après le grand ouest, la start-up nantaise a choisi la métropole lyonnaise pour poursuivre son déploiement.

Shopopop met en relation, via une plateforme web, des livreurs occasionnels, les shoppers, des commerces de proximité partenaires et des clients à livrer. Une fois son achat effectué, ce dernier lance une demande de livraison en fixant lui-même le prix de la course (minimum 6€). Pour l'aider à se positionner, le site suggère un tarif basé sur le temps et la distance à effectuer, libre à lui de s'y fier.

"L'annonce s'adresse à la communauté de livreurs occasionnels. C'est un véritable complément d'activité puisque nous limitons les revenus à 5 000 € par an. Nous recensons des étudiants, des actifs très mobiles dans leur ville, des employés de magasins ou des demandeurs d'emploi. Ils peuvent utiliser au choix leur voiture, leur vélo, les transports en commun ou la marche", souligne Johan Ricaut, co-fondateur de Shopopop.

D'abord lancée à Nantes et dans d'autres villes du Grand Ouest, la start-up (8 salariés, 220 points de collectes sur le territoire, plus de 6 000 utilisateurs en un an) a choisi Lyon pour tester une zone plus dense. "La ville a un beau potentiel. Elle est plus grande que Nantes et plus accessible que Paris en terme de coût de lancement. D'autant qu'Antoine Cheul, mon associé, connaît bien l'écosystème local. Il a suivi le programme entrepreuneuriat à l'emlyon", indique-t-il.

En un petit mois, Shopopop a déjà convaincu une dizaine d'enseignes de s'inscrire dans la démarche. "Monter un service de livraison coûte cher et n'est pas facilement rentable. Nous apportons aux enseignes du trafic supplémentaire sans surcoût", poursuit-il. En effet, la livraison est prise en charge par le client à livrer, entièrement reversée au livreur, moins une commission de 20% pour le site.

Son objectif : faire grossir son volume de livraison (25 000 d'ici la fin de l'année) et son réseau de shoppers. A Lyon, Samantha Minassian est chargée de développer le projet. Elle pourrait être rapidement rejointe par une autre personne en charge du recrutement de la communauté. A terme, et en fonction des résultats, un bureau local pourrait ouvrir.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide