Fermer la publicité

LPA est loin de la voie de garage

le 12 juillet 2017 - Severine RENARD - Services

LPA est loin de la voie de garage
Guillaume Perret - Louis Pelaez décrit LPA comme "le fer de lance de la collectivité autour des enjeux de mobilité".

Une bonne santé financière et le succès de ses derniers projets incitent l'entreprise à travailler sur de nouvelles initiatives.

« Nous avons enregistré un très bon niveau d’activité en 2016 », annonce Louis Pelaez, Pdg de LPA. Le chiffre d’affaires, en progression de 5 %, s’élève à 59,2 M€ et le résultat net bondit de 55 % à 5,9 M€. Des bénéfices essentiellement dédiés aux futurs investissements puisque seulement 400 000 € de dividendes ont été versés aux actionnaires.

« A l’issue de cette opération, les réserves constituées représentent 33 M€ », indique François Gindre, directeur de LPA. L’entreprise peut donc envisager l’avenir avec sérénité et poursuivre ses investissements. Aujourd’hui, ces derniers se chiffrent à 13,6 M€ et portent pour 9 M€ sur la construction du parc Saint-Antoine et pour 3,8 M€ sur des investissements de renouvellement.

Autre bonne nouvelle : à l’inverse de nombreux parcs de stationnement en France qui connaissent une baisse de fréquentation, les 32 parcs gérés par LPA ont enregistré 6 676 000 passages en 2016, soit 105 000 de plus qu’en 2015. Pour le Pdg, le mode constructif, l’optimisation du fonctionnement, les services proposés… expliquent cette réussite. L’an dernier, l’entreprise a initié de nouveaux projets pour faciliter la mobilité et renforcer la fonction multi-usages de ses parkings.

En septembre, un service de location de scooters électriques a été mis en place dans 3 parcs (Terreaux, Gare Part-Dieu et Les Halles) avant de se développer à Cordeliers et Berthelot. Le service d’autopartage Citiz, qui met à disposition 107 voitures dans 42 stations de la métropole lyonnaise et à Villefranche-sur-Saône, suit une bonne dynamique avec 1 700 cartes d’utilisateurs (+ 24 %) et 21 700 locations (+ 7 %). Dans un style plus décalé, LPA continue à promouvoir l’art et la culture dans ses parcs.

« Le parc République abrite un lieu d’exposition pérenne, baptisé la Place de l’Art, pour recevoir des artistes », explique Louis Pelaez qui souligne le succès de l’opération en cours avec Jérôme Jouvray et son exposition « La BD en 7 leçons ».

Ce bouillonnement d’idées et d’initiatives devrait encore se renforcer, notamment avec l’ouverture du LPA Lab (lire encadré). « Nous sommes le fer de lance de la collectivité autour des enjeux de mobilité, de ville intelligente, de stationnement… », conclut Louis Pelaez.

Un lab pour inventer la mobilité de demain


LPA met la touche finale à son LPA Lab. Ce lieu de 300 m2, situé au 3e étage du siège de l’entreprise, veut être un laboratoire d’expérimentations pour des porteurs de projet, start-up et entreprises innovantes. Pour sélectionner les entreprises qui intègreront le lab, un appel à projets a été lancé et les candidats sélectionnés seront dévoilés en septembre. Trois à cinq projets devraient être retenus et accompagnés avec un objectif d’expérimentation à un an.
Ni incubateur ni accélérateur, LPA lab se positionne plutôt comme un partenaire qui offre un accès à ses espaces pour des tests grandeur nature. « Les projets bénéficieront aussi des compétences de nos équipes et de notre capacité financière qui pourra prendre différentes formes : participation, dépôt de brevet commun… », ajoute Louis Pelaez.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide