Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Edito : Par ici la sortie…

le - - Editos-Billets

.

La Justice manque de moyens. Humains, techniques, matériels… Et ce n’est pas la bâtonnière de Lyon, Me Laurence Junod-Fanget, qui a livré sa vision de la justice dans nos colonnes la semaine dernière, qui contredira ce truisme. Pourtant, dans les tribunaux, dans les cabinets, au cœur des maisons de justice et du droit ou au sein des prisons, force est d’admettre que chaque professionnel apporte son écot au bon fonctionnement d’une justice raillée à fréquences itératives par une classe politique qui devrait donner l’exemple.
En déplacement à Saint-Etienne mercredi, le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, a procédé à une visite de la maison d’arrêt de La Talaudière, à quelques encablures de la capitale ligérienne. L’objectif ? Rencontrer les personnels et les organisations syndicales. Bien entendu, la sécurité a irrigué les échanges. Ou plus prosaïquement l’insécurité puisque les surveillants pénitentiaires fustigent les agressions récurrentes dont ils sont la cible. Ils dénoncent les carences en moyens humains qui ne permettent pas d’exercer leurs missions, à commencer par la première d’entre elles, la surveillance des détenus, par définition en permanence enclins à trouver la sortie, et donc à recouvrer leur liberté. A l’aune des statistiques fournies par l’Administration pénitentiaire, on recense chaque année environ 300 évasions (313 exactement en 2013).
Ces événements « extérieurs » braquent les projecteurs sur ces lieux de détention insalubres, « déshumanisés » diront les défenseurs des droits de l’homme, où règne un climat délétère. A l’aune d’établissements hors d’âge, Jean-Jacques Urvoas a annoncé la construction d’une nouvelle prison dans la Loire, à Saint-Bonnet-les-Oules. Environ 60 millions d’euros pour 500 à 550 places. Une prise en compte (enfin !) des besoins croissants en termes de capacités d’accueil. A la lecture des programmes des candidats à la présidentielle, on constate une véritable inflation des promesses. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ambitionnent de créer 40 000 places rapidement ; Fillon en souhaite 15 000. Du côté de Benoît Hamon, on refuse de prendre part à cette course inflationniste, arguant que « ce n’est pas en construisant des places supplémentaires, que l’on résoudra le problème ». Sans proposition alternative crédible…
En tout cas, le futur centre de détention ligérien verra le jour à horizon 2023. Une échéance lointaine. D’ici là, les équipes ministérielles auront changé. L’Elysée aura un nouveau locataire. Et certains seront peut-être même passés par la case prison…
Le ministre de la Justice était au cœur de l’actualité cette semaine. Si l’état d’urgence est toujours en vigueur – jusqu’au 15 juillet 2017 –, Jean-Jacques Urvoas a laissé entendre que « les conditions étaient réunies pour une sortie » de ce régime d’exception, instauré, on s’en souvient, au soir des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. En tout état de cause, aucune décision ne sera prise avant les législatives. Il est urgent d’attendre…




Laurent ODOUARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide