Fermer la publicité

Euro 2016 : un bilan économique conforme aux prévisions

le 12 janvier 2017 - Jacques DONNAY - Collectivités

Euro 2016 : un bilan économique conforme aux prévisions
Photo DR - Thierry Braillard, Secrétaire d'Etat aux Sports

Le bilan de l'Euro 2016, dévoilé officiellement mardi 10 janvier, est venu confirmer les projections présentées par le gouvernement avant le début de la compétition. Son impact économique total s'affiche à 1,2 Md€.

Au moment de présenter l’étude sur l’impact économique de l’Euro 2016, mardi 10 janvier, Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse et des Sports, et Thierry Braillard, son Secrétaire d’Etat, avaient le sourire. L’étude réalisée par Keneo Sport Solutions et par le Centre de Droit et de l’Economie du Sport a en effet validé les projections présentées par le gouvernement avant le début de la compétition.
Au total, l’Euro 2016 a réuni quelque 2,5 millions de spectateurs dans les stades de l’Hexagone et son impact économique est estimé à 1,2 Md€. « Quelque 573 000 touristes étrangers, détenteurs de billets, sont venus assister à la compétition, auxquels il convient d’ajouter 40 000 visiteurs qui sont venues en France pour l’Euro 2016, mais sans se rendre dans les stades, indiquent les auteurs du rapport. La durée moyenne des séjours s’établit à 7,9 jours, avec un panier moyen de dépenses quotidiennes de 154 € par personne. »
Si plus de 50 % des touristes attirés par l’Euro se sont rendus à Paris durant leur séjour, Lyon avec 33 % des visiteurs accueillis se classe très largement en deuxième position du classement des villes qui ont le plus bénéficié de la compétition. « En Rhône-Alpes, le nombre de nuitées hôtelières observées en juin 2016 a été supérieur de 33 % à la moyenne constatée traditionnellement à pareille époque », ajoutent les auteurs de l’étude.
Au-delà des retombées économiques directes, l’Euro 2016 a permis la création de quasiment 10 000 emplois équivalents temps plein. « Cette compétition a mis le pied à l’étrier à des milliers de personnes, qui sont aujourd’hui encore en emploi, et a favorisé le développement de nos entreprises », confirme Thierry Braillard. Ainsi la PME stéphanoise GreenCup, créée en février 2011, a profité de l’occasion pour renforcer sa notoriété, et développer ses activités. Spécialisée dans la production de gobelets personnalisés et réutilisables, elle a distribué plus de 1,5 millions de gobelets durant la compétition. Pour Florian Garnier, l’un des trois co-gérants : « l’Euro a représenté un accélérateur de visibilité exceptionnel, qui devrait nous ouvrir des portes pour de futures opportunités. »

Jacques Donnay



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide