Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Exportmates.com : le digital au service des PME exportatrices

le - - Entreprise de la semaine

Exportmates.com : le digital au service des PME exportatrices
DR - Moins de deux mois après son lancement, le site recense 150 exportateurs.

La start-up lyonnaise Affeeniteam a lancé une nouvelle déclinaison de son réseau social d'entrepreneurs. Après un hub pour faciliter l'entrepreneuriat, elle veut aider les PME françaises à aller à l'export avec Exportmates.com.

120 000 PME françaises exportent. C'est ce marché que cible la plateforme digitale lyonnaise Exportmates.com. Lancé en novembre dernier, cet outil met en relation les PME qui vont ou veulent aller à l'export. « Nous avons choisi un modèle inédit », souligne John Joubert, co-fondateur du site aux côtés de Jérémy Marcelino et Franck Aigloz. Aujourd'hui, l'export passe par des clubs régionaux, des clusters ou syndicats, les pavillons France. « Les entreprises échangent avec des entreprises de leur territoire avec lesquelles il n'existe pas de synergie commerciale ou alors avec des entreprises de leur secteur d'activité mais en veillant à ne pas être en concurrence », analyse John Joubert.

En tenant compte de la particularité culturelle française de ne pas travailler avec des confrères concurrents, Exportmates noue des contacts entre des PME qui ont la même cible de clientèle. Une PME nantaise qui fabrique des fûts pour l'industrie chimique et vise le marché sud-africain a ainsi des intérêts communs avec une PME lyonnaise qui s'intéresse à l'Afrique du Sud pour vendre ses EPI pour la chimie. « C'est un algorithme qui identifie les PME à mettre en relation en fonction du marché visé. Les exportateurs ont les mêmes cibles commerciales sans être concurrents », résume John Joubert. Les entreprises peuvent alors créer des communautés sur la plateforme pour échanger des informations, partager les expériences et monter ensemble des opérations de prospection. A sa manière, Exportmates soutient l'internationalisation des PME et simplifie la mise en œuvre du fameux adage du « chasser en meute ».

Moins de deux mois après son lancement, le site recense 150 exportateurs. « Dans les prochaines semaines, nous voulons faire rapidement grossir cette communauté d'exportateurs, mais aussi faire rentrer les structures d'accompagnement », affirme le co-fondateur. Pour être « un hub de l'export », Exportmates souhaite aussi proposer aux exportateurs les structures qui pourront les aider dans leur projet en fonction de leurs besoins précis. Les acteurs publics et privés de l'international, comme les CCI, l'OSCI (Opérateurs spécialisés du commerce international), les conseillers du commerce extérieur, les organisations patronales…, devraient donc être bientôt présents sur la plateforme.

Une fois atteint le seuil des 1 000 exportateurs inscrits, le site deviendra payant. « Nous avons un modèle d'abonnement annuel à la personne ou à l'entreprise dont le forfait démarre à quelques centaines d'euros. Pour les structures d'accompagnement, nous travaillons sur une autre forme de monétisation », fait savoir John Joubert. L'objectif à fin 2019 est de rassembler 200 000 exportateurs (personnes physiques) sur Exportmates.

John Joubert : « Une levée de fonds de 600 000 € cette année »

Pouvez-vous nous expliquer les origines du site Expormates.com ?

En novembre 2014, nous avons lancé Affeeniteam.com sur la thématique Entrepreneuriat pour faciliter la rencontre entre les porteurs de projet et les associés potentiels. Exportmates est la déclinaison International de cet outil. Nous souhaitons développer d'autres thématiques verticales dans les prochaines années.

Quels sont les résultats d'Affeeniteam et quelles ont été les évolutions ?

25 000 entrepreneurs dont 5 000 porteurs de projet ont utilisé ce réseau social hybride. Pour ne pas limiter la durée de vie du service à la rencontre, nous avons développé l'été dernier un espace Vie de l'entreprise où il est possible de présenter un projet pour développer sa notoriété par exemple. Nous avons également mis en place Affeeniteam en mode privé pour plusieurs grands groupes dont Merial. Ca facilite leurs échanges autour de l'innovation, de l'intrapreneuriat… Et nous avons aussi comme projet d'intégrer sur la plateforme des structures d'accompagnement.

Quelles sont les ambitions de l'entreprise pour cette année ?

En 2017, nous avons enregistré une belle croissance et nous serons à l'équilibre (nda : en 2016, Affeeniteam déclarait une perte de 41 K€). En 2018, nous devrions récolter les fruits de nos efforts et souhaitons faire une levée de fonds de 600 000 €. Nous voulons construire dans la durée en faisant appel à des capitaines d'industrie qui entreraient au capital.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide