Fermer la publicité

Festival Berlioz 2017 : une autre musique que le Brexit

le - - Musique

Festival Berlioz 2017 : une autre musique que le Brexit
Chris Christododoulou - L'orchestre révolutionnaire et romantique dirigé par Sir John Eliot Gardiner

Ce n'est pas le Brexit qui empêchera l'édition 2017 du Festival Berlioz d'être « so British ». Cette année, le festival s'intéresse à Berlioz et à ses voyages à Londres. Du 18 août au 3 septembre, de grands noms de la musique classique répondront présents.

« Londres est une des aventures les plus importantes de la vie de Berlioz ». Le thème de cette édition était donc tout trouvé pour Bruno Messina, directeur du festival. Tout commence en 1847. Le compositeur arrive en Angleterre le jour de la mort de Mendhelssohn. Il y voit alors le signe qu’il lui succèdera dans le cœur des Anglais. Visiblement, le pari est réussi. Et même encore aujourd’hui. « Il y a un intérêt pour Berlioz vraiment très important en Angleterre et ce jusqu’au plus haut niveau de la société anglaise », s’enthousiasme Bruno Messina.

L’édition 2017 du festival, c’est aussi Berlioz au temps des expositions universelles. En effet, le compositeur a été juré et journaliste lors de ces événements. Il y découvre d’ailleurs la musique exotique. C’est donc les différents aspects de la carrière de Berlioz qui seront passés en revue pour cette édition : le compositeur, le chef d’orchestre, le journaliste et le juré. « La littérature anglaise a aussi beaucoup influencé Berlioz : Shakespeare, Walter Scott mais aussi Thomas Moore ou encore Lord Byron.»

Mais comment mettre tout cela en musique ? Il suffit de voir la programmation riche du festival. Étonnamment, la soirée d’ouverture se fera sans Berlioz. Purcell et Haendel seront à l’honneur. « Cette année nous prenons des chemins de traverse en proposant de la musique baroque. Mais c’est à Londres que Berlioz a découvert Purcell et s’est enthousiasmé pour Haendel », précise le directeur du festival. Pour l’occasion, c’est The King Consort dirigé par Robert King qui présentera ces chefs d’œuvre.
La Flûte enchantée ou la Tarentelle

Berlioz a beaucoup écrit sur Shakespeare. Il rêvait de voir jouer toutes ses œuvres inspirées de ce grand auteur lors d’un concert. Son vœu n’a jamais pu être exaucé. Jusqu’à aujourd’hui. Le concert shakespearien proposera Béatrice et Bénédict, la Grande ouverture du Roi Lear ou encore la Marche funèbre pour la dernière scène d’Hamlet. A la baguette : François-Xavier Roth. Daniel Mesguich lira quant à lui le monologue d’Hamlet.

On connaît Berlioz compositeur mais on connaît moins, et c’est normal, Berlioz chef d’orchestre. C’est justement pour découvrir ce qu’il a dirigé que le concert The best of Berlioz in Exter Hall est organisé. Au programme : l’ouverture de la Flûte enchantée de Mozart, la Tarentelle de Rossini ou encore le Triple concerto de Beethoven. Une soirée étonnante pour Bruno Messina : « on imagine pas du tout Berlioz dans ce répertoire. Et pourtant ».

Chaque année, le festival investit un lieu exceptionnel. Pour cette édition, rendez-vous au château de Pupetières à Chabons. Une grande journée exceptionnelle y sera organisée. « Nous aurons tous les métiers du XIXe siècle qui seront présentés par l’association Georges Antonin, il y aura des jeux pour les enfants ainsi qu’un concert d’électroacoustique », détaille Bruno Messina. Le clou de la journée : le feu d’artifice sur musique royale. Autrement dit : Water music et Music for the Royal Fireworks de Haendel. Les musiciens joueront en même temps que le feu d’artifice qui sera tiré pour l’occasion.

Et si on devait parler de guest star, il faudrait forcément évoquer la venue de Sir John Eliot Gardiner. Chef d’orchestre mondialement connu dont ce sera le deuxième passage à la Côte Saint-André. C’est La Damnation de Faust qui sera au programme. « Un bijoux absolu » selon Bruno Messina.

A nouveau, les spectateurs auront l’occasion de découvrir Berlioz. Une petite revanche pour ce compositeur dont les relations avec la France ont parfois été compliquées.

 

Festival Berlioz, du 18 août au 3 septembre, à La Côte-Saint-André et ailleurs en Isère. Rens. :  www.festivalberlioz.com

Le concert des enfants

C’est la soirée de clôture du festival et elle va mettre à l’honneur 300 enfants. Ils bénéficient tous du dispositif « A travers chant ». Il s’agit d’une formation au chant choral pour les enfants des villages de l’Isère. Ces petits choristes présenteront Le petit ramoneur de Britten. Ils seront accompagnés par l’Orchestre des Pays de Savoie et le Chœur Spirituo. Au programme également : les Cries of London de Berio, inspirés des cris des vendeurs du vieux Londres.
La soirée de clôture, ce sera aussi l’occasion d’un grand bal irlandais. Les participants pourront investir la scène du festival afin de fêter la fin de l’édition 2017. Rendez-vous le 3 septembre à partir de 18 h au Château Louis XI.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide