Fermer la publicité

Forêts : une gestion patrimoniale durable par essence

le - - Services

Forêts : une gestion patrimoniale durable par essence

Sur 3,5 millions de propriétaires forestiers en France, tous n'ont pas la volonté ou l'expertise pour s'occuper correctement de tels espaces naturels. Dans la région, la coopérative Coforet basée à Lamure-sur-Azergues accompagne et anime ce réseau de gestionnaires, qui s'inscrit au sein d'un écosystème économique local plus vaste.

Couper son bois, anticiper les entretiens réguliers, renouveler les peuplements d'essences… Bref, assurer la gestion d'une propriété forestière, nécessite du temps, des finances et de la motivation. A en croire Lionel Piet, directeur général de la coopérative Coforet, les enjeux son multiples et importants : « C'est du jardinage grandeur nature ! En cela l'entretien d'un espace forestier doit être rigoureux et donc régulier. La forêt est une richesse qu'il faut exploiter de manière optimale et ne pas laisser en friche ».

La mission d'évangélisation auprès de propriétaires est réelle car « beaucoup de propriétaires n'ont ni le temps ni la connaissance suffisante pour gérer une foret » insiste Henri Magnin, administrateur de Coforet. Sans oublier que les propriétaires sont nombreux (3,5 millions) mais que les parcelles sont très morcelées selon les territoires. « Les cadastres n'étant pas toujours précis, il est parfois difficile de retrouver certains propriétaires » poursuit H. Magnin.

La coopérative, qui agit sur les départements de l'ex-région Rhône-Alpes, et l'ex-région Franche-Comté, mais également sur le Puy-de-Dôme mais également sur la Haute-Loire, la Saône-et-Loire, le Jura et le Doubs, développe son expertise selon trois axes : l'appui et le conseil aux propriétaires (réglementaire et/ou fiscale), le renforcement de son réseau de sociétaires (actuellement 17 000), et le développement économique autour de services et travaux forestiers (coupe de bois, plantations, gestion patrimoniale et foncière).

Avec 83 salariés (administratif, technicien, opérateurs sylviculture et apprentissage) Coforet s'inscrit dans le développement économique locale, aux côtés des collectivités (mairies essentiellement), des professionnels du bois (scieries par ex.) et des habitants. En 2016, la coopérative a généré 14,5 M€ de travaux sous-traités.

« En aucun cas nous nous substituons aux experts fonciers que sont les notaires par exemple mais pouvons venir en appui sur des points précis de fiscalité forestière » insiste Henri Battie président de Coforet.

La structure coopérative (40 M de CA en 2016), avec près de 500 000 arbres plantés, 657 000 m3 de bois commercialisés et 2 500 chantiers en cours tend à peser parmi les instances représentatives en matière de gestion forestière à l'échelon national.

« La France, avec seulement 70 millions d'arbres plantés pour assurer le renouvellement des forêts françaises, la France est bien loin des politiques en Chine (1 milliard), en Pologne (800 millions ou en Allemagne (300 millions) » explique Henri Battie.

Des trous de production de bois sont prédits d'ici 30 à 40 ans ce qui peut impliquer une dépendance vis-à-vis d'autres nations plus pro-actives. La forêt implique par essence une gestion durable.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide