Fermer la publicité

Genève : irrésistibles SUV

le - - Automobile

Genève : irrésistibles SUV
Ferrari 812 Superfast

Comme tous les ans, le printemps qui n'en peut plus d'attendre rassemble à proximité du lac Léman les ultimes automobiles d'aujourd'hui et quelques-unes de demain. Dix jours (du 9 au 19 mars) de découvertes, palpitations, rêves d'escapades pour ce 87e Salon international.

D’un stand à l’autre, Palexpo, qui abrite l’événement à deux pas de l’aéroport, fête le retour d’Alpine, commente le rachat d’Opel par PSA et surtout regorge de SUV. Les gens qui décident de changer de voiture se projettent sans déplaisir au volant d’un modèle « genre tout terrain ». Haut sur la route mais, attention, il leur faut beau comme un coupé familial, confortable comme un monospace et pratique comme un break. Tant d’aspirations ont mis les constructeurs sur les dents pour développer dans les gammes un format supplémentaire d’automobile qu’ils ont baptisé crossover ou SUV.

Il en existe de toutes dimensions. Le Bentayga de Bentley dépasse 5 m. A l’opposé, deux concepts élaborés sur la plateforme de la Citroën C3 s’affichent cette année en première mondiale. L’un estampillé DS, l’autre marqué du double chevron. Autre signe des temps, Ford annonce que la Fiesta dernière génération présentée au Salon donnera aussi naissance en 2018 à un SUV. Auréolé du trophée « Voiture de l’année 2017 », le Peugeot 3008 entame pour sa part une carrière qui fait du bruit. 100 000 commandes en 4 mois ont contraint le Lion à un déchirant atermoiement : repousser le lancement du 5008 qui utilise en effet beaucoup de composants communs.

Plus souvent traction avant que 4x4, le SUV n’a pas tardé à se mesurer aux voitures de sport. Apparu en 2002, le Porsche Cayenne dispose aujourd’hui de près de 600 chevaux, file à 285 km/h sur l’autobahn et accélère mieux que la Carrera 4. Dans le grand luxe, la Bentley Bentayga passait pour une extravagante exception. Mercedes-Maybach lui donne aujourd’hui la réplique avec « le plus noble SUV du monde » : le G650 Landaulet qui vise autant les épicuriens aux fins de mois indolores que les chefs d’Etat.

Cubique comme le Mercedes « G » lancé en 1979, monumental avec ses 5,35 m de longueur, dominateur  avec une garde au sol d’Unimog (45 cm) et 2,24 m de haut, ce semi-décapotable accueille dans son immense habitacle quatre personnes dont deux privilégiées. Aux places arrière, les occupants peuvent s ’allonger, régler hauteur et inclinaison des repose-pieds, adapter grâce à des alvéoles gonflables l’assise et le maintien latéral des fauteuils en les adaptant à leur morphologie ainsi qu’à leur posture en fonction du sol, sous les 4 roues motrices de 22’’ larges de 32,5 cm. De quoi faire passer les 630 ch et les 1 000 Nm de couple d’un V12 de 6.5 litres.

Mercedes-Maybach construira seulement 99 exemplaires de ce Landaulet. Ensuite ? L’espèce fera mieux que survivre. Un SUV Rolls-Royce, grand luxe forcément, roule déjà sous camouflage en Grande-Bretagne. Nom de code : « projet Cullinan ». Commercialisation en 2018.




Michel MALHOMME
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide