Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Hernani tout nu au théâtre du Point du jour

le - - Spectacle vivant

Hernani tout nu au théâtre du Point du jour
Pierre Grosbois - Hernani mis en scène par Gwenael Morin

Comme d'habitude, fidèle à son credo de « théâtre permanent » comme il nomme son théâtre, Gwenael Morin monte Hernani dans le plus simple appareil, soit le texte, les comédiennes et les comédiens, quelques costumes prêtés par TNP et quelques chaussures prêtées par l'ENSATT, presque voisin, quelques épées de bois et torches rudimentaires et un rideau.

« Parce que j'ai longtemps cru que la bataille d'Hernani était une « vraie » bataille comme la bataille de Marignan par exemple alors qu'en réalité Hernani est d'abord une pièce de théâtre qui par sa forme fut le symptôme et le facteur de transformations profondes du monde. Donc en montant Hernani, je veux dire : oui l'art change le monde !!! » explique Gwenael Morin dans le programme de salle (réécrit à la main tous les soirs de représentation), tel un manifeste. Tout comme son théâtre est un manifeste à lui tout seul.

Le dispositif lui-même est déroutant, salle débarrassée de ses fauteuils, dont il ne reste que les gradins et des coussins de velours noir généreusement mis à disposition, lumière blanche pleins feux dans la salle comme sur la scène et accès gratuit sans réservation avec texte également à disposition dans un bac dans le hall du théâtre. Ensuite vient le texte de Victor Hugo, plus célèbre pour sa bataille que pour son intrigue, celle de l'amour fou entre Dona Sol et Hernani sous fond de succession au saint empire romain germanique en 1519, qui ne respecte pas les règles du théâtre classique et offre une langue fourmillante et dense dont la troupe restitue avec justesse le rythme et la beauté.

Une sacrée troupe réunie ici qui fait magnifiquement entendre ce texte aux accents épiques et romantiques, d'une langue échevelée et lyrique, tout en alexandrins. Sans respecter les genres, qui fait de Gael Baron une irrésistible Dona Sol et de Florence Girardon un formidable Don Carlos, la mise en scène joue la complexité des déplacements, mouvements de capes et de grands chapeaux noirs et la simplicité de la diction impeccable. Une belle expérience d'un certain théâtre de l'épure.

G.V.P.

Théâtre du point du jour, jusqu'au 23 décembre, www.lepointdujour.fr




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide