Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Jérémy Lopez, nouvelle étoile du Français

le - - Spectacle vivant

Jérémy Lopez, nouvelle étoile du Français
© : DR

D'anciens étudiants de l'Ensatt de Lyon participent à la production de Roméo et Juliette de Shakespeare, un spectacle mis en scène à la Comédie-Française par son administrateur général Eric Ruf. Parmi eux, Jérémy Lopez triomphe dans le rôle de Roméo.

Après 50 ans d’absence, Roméo et Juliette de Shakespeare retrouve la scène de la Comédie-Française. Dans les rôles-titre, deux anciens étudiants de l’Ensatt, Suliane Brahim (qui a fait un cours passage dans l’école lyonnaise) et surtout Jérémy Lopez qui a fait tout son cursus sur la rive gauche de la Saône, d’abord au Conservatoire de Région, puis sur les hauteurs de Saint-Irénée à l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du Théâtre.
Elève de la 69ème promotion, il avait quitté les bancs de l’Ensatt en 2010, avant la fin de son cursus, appelé par Murielle Mayette. En cinq ans, il accumule les rôles, une vingtaine, dans un large répertoire. En 2012, son interprétation de Horace, dans L’Ecole des femmes de Molière, fait l’unanimité. Ce personnage jeune, écervelé, bondissant fait écho au Scapin qu’il jouera en 2014, sous la direction de Laurent Brethome, cette fois-ci en Rhône-Alpes dans Les Fourberies de Scapin de Molière. Il avait alors 30 ans. Ce spectacle virtuose fait partie des étapes importantes de sa carrière. « Je voulais faire un Molière dans ma ville, au théâtre de la Croix-Rousse où j’ai vu mon premier spectacle et avec un metteur en scène qui m’a beaucoup donné ».
Né dans l’Est lyonnais, au sein d’une famille modeste, Jérémy Lopez n’avait jamais mis les pieds dans un théâtre avant l’âge de 20 ans. Du moins en dehors du cadre scolaire où il chahutait au point de se faire virer de tous les établissements et de préparer son bac par correspondance. « Je n’avais qu’une idée en tête : être connu. » Intrigué par une petite annonce de cours de théâtre privés, il se présente devant Bruno Guinand, avec une réplique du Schpountz de Pagnol.  « Ce fut le premier avec qui j’ai parlé de théâtre. » Deux ans plus tard, il fait partie de la première promotion de la nouvelle classe d’art dramatique du Conservatoire de Région de Lyon où il rencontre Laurent Brethome. « Je me suis retrouvé avec des mecs de mon âge qui avaient une pensée théâtrale là où j’arrivais avec des émotions brutes. » Refusant de quitter Lyon auquel il est très attaché, Jérémy Lopez présente le concours de l’Ensatt où il est reçu en 2007 et où il rencontre ses premiers grands maîtres, Alain Françon et Jean-Pierre Vincent.
A la comédie Française, où il joue son premier rôle dans Un fil à la patte de Feydeau, il retrouve d’autres anciens de l’Ensatt comme Marie-Sophie Ferdane et Giorgia Scalliet. Son agenda se noircit rapidement, l’obligeant à refuser les avances du cinéma. Il a joué dans les douze épisodes de la première saison de Filles d’aujourd’hui (Canal +), série qu’il va reprendre. On le verra l’année prochaine sur les écrans dans le rôle du père de Dany Boon.  « Mon emploi du temps à la Comédie-Française, où je vais démarrer les répétitions de La Mère d’Edward Bond, m’oblige à refuser beaucoup de propositions. » Et elles ne manqueront pas après le succès de ce Roméo et Juliette.
Pourquoi lui ? « Il faut le demander à Eric  Ruf qui voulait un Roméo concret, tournant le dos aux clichés romantiques et  mielleux. Un Roméo de jeunesse et de joie qui apporte de la légèreté et du bonheur dans la première partie de la pièce, un héros indifférent à la haine que se vouent Capulet et Montaigu, un jeune homme porté par la grâce de Juliette », conclut Jérémy Lopez. Un rôle à la dimension du talent et de l’énergie de cette nouvelle étoile du Français.

 

Outre Jérémy Lopez, le plateau de Roméo et Juliette réunit d’autres anciens de l’Ensatt de Lyon. Suliane Brahim, incarne le rôle de Juliette. Vanessa Bile-Audouard, qui joue une jeune fille, Sophie Grosjean, costumière stagiaire et Adrien Dupuis-Hepner, metteur en scène stagiaire, sont sortis de l’école en juin dernier pour intégrer la Comédie-Française. Le chef-d’œuvre de Shakespeare est à l’affiche de la Salle richelieu, en alternance, jusqu’à la fin du mois de mai 2016.





Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide