Fermer la publicité

L'emploi salarié marchand retrouve son niveau d'avant-crise

le - - Economie

L'emploi salarié marchand retrouve son niveau d'avant-crise
DR - Le courant d'affaires dans le BTP reste bien orienté.

Dans sa note de conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes du premier trimestre, l'Insee place la plupart des indicateurs au vert. La situation économique devrait s'orienter positivement sur toute l'année.

« La tonalité générale de la situation économique est relativement favorable », affirme Jean-Philippe Grouthier. Mais le directeur de l’Insee Auvergne-Rhône-Alpes nuance rapidement son propos en soulignant : « Nous revenons au niveau d’avant-crise. Il nous aura fallu presque 10 ans pour y parvenir et la croissance perdue, évaluée entre 5 % et 10 % du PIB, ne sera jamais retrouvée ».

Sur le front de l’emploi salarié marchand en Auvergne-Rhône-Alpes, l’Insee constate une accélération de la croissance. Sur le premier trimestre 2017, on dénombre 10 300 salariés supplémentaires, soit une hausse de 0,5 % par rapport au trimestre précédent, et sur un an, on compte 27 300 salariés supplémentaires, soit une progression de 1,4 %. Ce sont surtout les secteurs de la construction et de l’intérim qui dopent les chiffres avec des évolutions respectives de + 0,8 % et + 2,4 %.

Le taux de chômage s’établit à 8,3 % à la fin du premier trimestre, alors qu’il est de 9,3 % en France métropolitaine. Le recul régional se situe à - 0,6 % sur un an et - 0,4 % en évolution trimestrielle. La baisse est plus marquée dans certaines zones géographiques comme dans la Métropole de Lyon où le retrait s’affiche à - 0,8 % même si le taux de chômage, 9,1 %, est plus élevé que la moyenne régionale.

Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi progresse de 2,7 % sur les catégories A, B et C. Mais si on s’intéresse uniquement aux demandeurs de catégorie A, c’est une baisse de - 1 % qui est enregistrée. Elle profite principalement aux hommes et aux jeunes. Les entrées à Pôle emploi, supérieures aux entrées, pourraient être un contre-coup du plan 500 000 formations supplémentaires.

Hors intérim, on enregistre près de 710 000 déclarations d’embauche sur les trois premiers mois de l’année, c’est-à-dire une hausse annuelle de 4,5 %. A noter toutefois que les CDD courts représentent 66 % de ces embauches. Les licenciements économiques sont, eux, inférieurs à leur niveau des années précédentes.
« La croissance en France devrait atteindre 1,6 % cette année », conclut l’Insee.

Les entreprises ont le moral au beau fixe

Dans l’industrie comme dans les services marchandes, le client des affaires reste bien orienté et la confiance semble de mise. Côté industrie, la progression de la production se poursuit avec des carnets de commande qui se consolident régulièrement. Les services maintiennent également une bonne dynamique. L’ingénierie informatique et l’intérim sont particulièrement en forme. Après des années noires, le bâtiment et les travaux publics renouent aussi avec la croissance. De façon générale, les difficultés de paiement sont en nette baisse.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide