Fermer la publicité

L'heure du thé c'est sacré

le - - Billet

L'heure du thé c'est sacré

.

Si le thé irrigue les veines des Anglais depuis la nuit des temps on connaît un peu moins leur goût immodéré pour les friandises. A tel point qu’en 2010, le rachat de Cadbury - dont l’histoire commença à Birmingham en 1824 - par l’Américain Kraft Food, avait suscité un vif ressentiment outre Manche.
Et l’onde de choc s’est propagée jusqu’à ces dernier jours pour contribuer à faire capoter - en partie- l’un des projets de mégafusion qui aurait pu marquer l’histoire des fusac, comme en leur temps Exxon Mobile ou AOL Time Warner.
La proposition de rachat de l’Anglo-néerlandais Unilever par l’Américain Kraft-Heinz a fait donc « splash ». Les 134 milliards d’euros mis sur la table n’ont pas fait sourciller  ni les patrons d’Unilever n’y voyant aucun avantage financier et stratégique pour les actionnaires ; ni Theresa May, premier ministre britannique, d’abord empêtrée dans le Brexit mais qui n’a surtout jamais digéré l’américanisation de ses bonbons préférés. Imaginez si on l’avait privée aussi de son thé (Lipton ?*) !

* Marque appartenant au groupe Unilever




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide