Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Laissez votre enfant prendre quelques risques…

le - - Santé

Laissez votre enfant prendre quelques risques…
Shutterstock

Apprendre à marcher, à courir et à faire du vélo induit forcément quelques chutes et souvent des larmes. Mais ces petits accrocs permettent aussi aux enfants de grandir et de s'épanouir. Or les parents se sentent parfois coincés entre le besoin de protéger leur progéniture et la nécessité de le laisser voler de ses propres ailes. Où faut-il tracer la limite ? Comment se comporter ?

Grimper sur les structures en corde, sur les toboggans, dans les maisonnettes suspendues… Votre enfant adore les aires de jeux qui lui sont dédiées dans les parcs et jardins. De votre côté, ses acrobaties vous donne la chair de poule. Rien de plus normal. Pourtant, il est important de le laisser prendre des risques… mesurés bien sûr !

Accompagnez son rythme

« Il n’est évidemment pas question de le laisser tomber de 5 mètres, mais de petites chutes sur le sol mou d’une aire de jeux lui permettent d’apprendre », explique le Dr Arnault Pfersdorff. « C’est en tombant qu’on acquiert la peur du vide et qu’on apprend à ne pas retomber. » A l’inverse, « un enfant qui a été trop protégé, trop accompagné peut développer une angoisse qui l’empêche de découvrir. Or c’est essentiel ».

Alors, s’il souhaite grimper sur l’araignée en corde ou la structure en bois, « laissez le faire, mais restez toujours à proximité », résume le Dr Pfersdorff. « A l’inverse, ne l’aidez pas trop, cela le ferait brûler des étapes. » Il est donc plus prudent de le laisser tester les exercices en fonction de ses capacités, de ce qu’il a envie de tenter et de sa propre orientation. « Certains enfants peuvent avoir une dyspraxie non diagnostiquée encore », souligne-t-il. Le pousser à aller trop haut ou trop vite peut le bouleverser et entraîner des blocages. Alors que le but est en fait « de lui donner confiance de faire tout seul ».

Le danger à domicile

Contrairement aux aires de jeux, l’intérieur de votre maison vous semble plus sûr ? Détrompez-vous. C’est bien à domicile que les accidents de la vie courante se déroulent le plus fréquemment. Et en particulier « pour les enfants à l’heure de la préparation des repas », précise le Dr Pfersdorff. Et pour cause : « Les parents ne surveillent pas leurs enfants à ce moment-là ». C’est dans ces conditions qu’une défenestration ou un étouffement avec un sac en plastique peut se produire. Dernier conseil donc, « gardez toujours un œil sur vos enfants de moins de 6 ans ».

Sources : Destination Santé




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide