Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le rire est intemporel

le - - Editos-Billets

Avec 117 printemps, Emma Morano a, elle aussi, donné tort à Chateaubriand. Et démontré que, si rien n'enraye l'inéluctable fuite du temps, « la vieillesse n'est pas toujours un naufrage ».

Doyenne présumée de l’humanité, cette Italienne, née le 29 novembre 1899 et qui vient de s’éteindre, était la dernière personne à avoir vu le jour avant 1900. L’ultime survivante connue du XIXe siècle. Le siècle des rois et des empereurs ; de l’abolition de l’esclavage ; de Gustave Eiffel et de sa tour éponyme ; du sculpteur Auguste Rodin et de sa Tentation de saint Antoine, œuvre datée de 1899 et visible au Musée des Beaux-Arts de Lyon ; de Claude Debussy et de ses Nocturnes, triptyque symphonique créé en 1899 ; de Thomas Edison et de son phonographe à cylindres, premier appareil de reproduction sonore destiné au public amateur ; d’Henri Dunant et de la Croix-Rouge ; de Louis Pasteur et de son vaccin contre la rage ; d’Alfred Nobel et de sa dynamite ; de l’unité italienne, le Risorgimento ; de l’effondrement des vieux empires espagnol et portugais ; des révolutions industrielles. Un siècle, creuset d’initiatives, réceptacle d’idées, où la recherche – artistique, scientifique, intellectuelle, technologique – bouillonne. Une autre époque. La Belle époque ? Peut-être mais qui porte en elle les germes de malheurs futurs.


Emma Morano en sera l’un des témoins, non privilégiés mais concernés, étant en prise direct avec deux guerres mondiales. A l’aune d’un parcours peu amène, Emma Morano a démontré que la longévité se forge aussi avec les épreuves. Si le conflit de 14-18 lui a ôté son premier amour, Emma Morano a ensuite connu les violences conjugales, se séparant de son mari, trois décennies avant la légalisation du divorce en Italie. Seule, mode de vie atypique pour l’époque, elle connut la rude existence à l’usine – une fabrique de sacs en toile de jute – jusqu’à ses… 75 ans. Une mise en exergue de la valeur travail, utile rappel ! Le travail, c’est la santé, dirait-on par ailleurs. Un aphorisme cependant égratigné lorsque l’on sait qu’Emma souffrait d’anémie depuis sa jeunesse. Alors quel secret renferme cette vie longue ? Un secret surprenant, qui touche à l’alimentation. La feue doyenne de l’humanité avouait ingérer trois œufs quotidiennement sur les conseils d’un médecin, délaissant au possible fruits et légumes. Une pierre dans le jardin des nutritionnistes et des diététiciens. Fuyant les hôpitaux, cette Transalpine au caractère bien trempé doit sa longévité au double effet de la génétique et de la bonne humeur. Une flèche décoché à l’endroit des taciturnes, neurasthéniques, pessimistes et agelastes qui nous gangrènent. Le rire comme remède. Une thérapie.




Laurent ODOUARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide