Fermer la publicité

Les "7 collines", tête chercheuse précieuse

le 02 juillet 2017 - Gallia VALETTE-PILENKO - Spectacle vivant

Les "7 collines", tête chercheuse précieuse
Majaa Nydal Eriksen - collective strings de

Le festival des 7 collines poursuit sa route, en forme de chemins de traverses. Depuis 23 ans, le directeur Jean-Philippe Mirandon et son équipe défrichent les nouvelles tendances du cirque, de la danse et des performances dans l'espace urbain pour le plus grand plaisir des Stéphanois et de tous les autres curieux venus de Lyon et de plus loin encore.

Presque chaque année, ce petit festival ligérien devenu grand, fait des découvertes sensationnelles, notamment à l'autre bout du monde (voir encadré). Sans oublier d'être populaire puisqu'il invite de grosses machines comme Les 7 doigts de la main, il remplit un vrai rôle de tête chercheuse.

Témoin encore cette année, une programmation audacieuse et pointue qui ouvre grand ses portes à l'international, avec pas moins de 12 pays représentés et, comme d'habitude des découvertes telle cette plasticienne danoise qui réalise une installation participative et évolutive sur la place Dorian.

Collective string a été créé au Cap et, après avoir sillonné les festivals du monde, s'installe dans la cité ligérienne trois jours durant, avec la complicité d'habitants, pour la première fois en France. Développé pour que les gens puissent physiquement dessiner et sculpter l’espace public dans un mouvement libre, en suivant des cordes colorées à travers l’espace public et entre les structures de ville, cette installation va réinventer la place Dorian.

 

 

À découvrir avant d'aller voir la compagnie The Rat Pack, composée de transfuges de la compagnie XY, qui vient de créer son premier spectacle, Speakeasy, une variation loufoque sur les films de gangsters avec roue cyr, mât chinois, acrobatie et danse hip-hop.

Ou la dernière production du Groupe acrobatique de Tanger, Halka créé lors de la dernière Biennale de la Danse. Sans oublier l'incontournable Relic du chorégraphe grec Euripides Laskaridis, sorte de show transformiste poétique à ne pas manquer en ouverture de festival.


Gallia Valette-Pilenko
Festival des 7 collines, 28 juin au 8 juillet, www.festivaldes7collines.com

Driftwood par le cirque Casus

La compagnie autralienne Casus revient avec sa nouvelle production, après que le festival des 7 collines l'a accueillie en 2013 pour son précédent opus Knee Deep. Une première pièce accueillie pour la première fois en France, dans la cité ligérienne, qui avait obtenu un franc succès. Ici, les cinq comparses présente Driftwood (qui signifie en français bois flotté), une exploration des relations humaines, entre virtuosité physique et poésie pure. Coup de cœur du public et de la critique au dernier festival d'Edimbourg, Driftwood devrait transporter le public. En avant-première du prochain festival d'Avignon. À voir, assurément !
Salle Aristide Briand (Saint-Chamond), 4 et 5 juillet.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide