Fermer la publicité

Lou Rugby : l'aventure sportive entrepreneuriale

le - - Entreprise de la semaine

Lou Rugby : l'aventure sportive entrepreneuriale
GL Events

A l'instar d'autres PME, le Lou Rugby (27 M€ de CA, 100 salariés) doit gérer rigoureusement ses comptes et ses effectifs. A la différence près que ses réussites économiques sont intimement liées à ses performances sportives qui, on le sait, échappent à toute statistique ; ce qui en fait d'ailleurs le propre et la beauté du sport. Mais en se réinventant et en osant, la structure rugbystique, appartenant à Olivier Ginon, pose des jalons sur le chemin de la réussite entrepreneuriale.

Aucune étude ne permettrait de le confirmer, toutefois, la réussite sportive du Lou, en ce début de saison, peut s'expliquer en partie par un environnement favorable dans lequel évolue l'équipe fanion entraînée par Pierre Mignoni. Alors bien sûr, le fait que l'ancien international demi de mêlée, ait récemment prolongé à la tête de l'équipe, au moins jusqu'en 2023, que l'équipe elle-même soit parvenue à une niveau de maturité et de performances, mêlant des joueurs d'expérience et des futurs talents, sont des facteurs qui expliquent cette réussite.

La vérité du terrain est également celle des coulisses, là ou se pense et s'opère la stratégie de développement d'un club fondé en 1896 et dont l'histoire moderne débute il y a dix ans avec l'arrivée d'Olivier Ginon, patron de GL Events, devenu aujourd'hui actionnaire majoritaire. Récemment, le Lou entamé une nouvelle phase en intégrant sa nouvelle enceinte de Gerland que l'on nomme dorénavant le Matmut Stadium. « Je tiens à préciser que nous possédons les droits réels immobiliers dans le cadre d'un bail emphytéotique administratif avec la ville de Lyon et dans ce cadre nous en assumons tous les frais d'investissement (38 M€) et d'entretien » indique Yann Roubert, président du Lou Rugby depuis 5 ans.« Comme pour chaque centimètres grappillés sur le terrain nous devons nous battre sur chaque euros » résume le dirigeant pour qui ajoute que « la gestion des charges doit être rigoureuse. La réalisation des travaux du stade en un temps et un budget record prouve cet état d'esprit inventif et pragmatique."

Le Matmut Stadium agit comme un outil d'aide à la performance sportive et économique. A l'image de ce qui avait été initié à Vénissieux (l'ancien fief du Lou), autour du stade, se déploient le centre de formation et le village, un véritable lieu d'échanges et de rencontres à la fois pour les partenaires que pour purs amateurs de rugby.

Au centre de ce dispositif, la brasserie où chaque midi l'équipe pro mange aux côtés des autres clients. Une proximité et une convivialité inhérente à l'esprit de l'ovalie mais qu'a souhaité marqué encore le club lyonnais. « Ce stade ne doit pas vibrer uniquement les jours de match, nous souhaitons en faire un lieu de vie partagé par le plus grand nombre » poursuit Yann Roubert.

« Une équipe, une entreprise »
Yann Roubert, président du Lou Rugby

Avoir un actionnaire majoritaire comme GL Events se gère-t-il bien ?

Etre soutenu par un groupe spécialisé dans l'évènementiel, de surcroit Lyonnais est une force considérable. Dans la gestion et le développement du club, nous nous appuyons d'ailleurs sur son expertise et son savoir-faire reconnus en mettant en place des synergies.

Comment souhaitez-vous exister aux côtés du basket et du football sur Lyon sur le côté business événementiel ?

Notre offre est complémentaire et je crois qu'il y a de la place pour tout le monde. Si l'on devait parler de concurrence, je pourrait également citer les sports d'hiver et les loisirs culturels qui captent également de la clientèle ! Faire de Lyon une ville de rugby c'est aussi possible avec un vivier proche de 60 000 licenciés et d'une centaine de clubs alentours. Nous avons la chance d'avoir le championnat de rugby le plus attractif d'Europe, avec des taux d'occupation de stade et des droits TV plus attractifs que les autres nations.

Quelle est l'ambition pour la partie business/events ?

L'idée est bien sûr de faire plus. Nous travaillons actuellement avec 300 entreprises mais pourrions encore augmenter ce chiffre pour optimiser nos espaces réceptifs. Le stade accueillant entre 16 et 23 rencontres par ans, il est nécessaire de le faire vivre toute l'année.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide