Fermer la publicité

Marc Held, Candilis, Joan Miro et Linossier chez Artcurial

le - - Enchères

Marc Held, Candilis, Joan Miro et Linossier chez Artcurial
Ensemble de mobilier de Marc Held pour IBM, estimé 3 300 / 3 500 EUR

Nouveau chapitre des ventes Post War sous le marteau de Maîtres Michel Rambert et Agnès Savart, le 26 octobre chez Artcurial. Sur les cimaises et dans la salle, des tableaux et du mobilier représentatifs des nouvelles tendances du marché de l'art relatives à la période moderne.

C'est sans aucun doute l'un des lots phares de cette prochaine vente : un rare mobilier conçu par Marc Held pour le réfectoire de la maison IBM à Montpellier/La lande. Composé de 6 chaises emboîtables sur une table à plateau en mélaminé blanc satiné, cet ensemble créé pour IBM par l'un des cinq designers qui en 1983 ont réaménagé les appartements privé du Président de la République à l'Elysée est estimé entre 3 000 et 3 500 €, mais pourrait bien crever le plafond de cette estimation.

Idem pour ce rarissime plat rond en céramique à décor bleu, vert et noir d'ancre de marine et personnages fantasmagoriques évoquant le monde marin, travail de Joan Miro et de Josep Llorens Artigas, pour lequel on attend 5 000 à 7 000 €, mais également pour cette rare suite de quatre chaises « pleine » en frêne et contreplaqué de frêne avec équerres en fonte d'aluminium en provenance de la Résidence Les Carrats à Port-Leucate par Georges Candilis et Anja Blomstedt, pour lesquelles l'estimation atteint 4 000 à 6 000 €.

Dans les vitrines, à suivre un vase conique de Claudius Linossier à décor géométrique attendu entre 8 000 et 10 000 €, mais également une verseuse en céramique à décor classique des années 50 par Jacques Ruelland, estimée quant à elle entre 1 500 et 2 000 €.

Artcurial Lyon, jeudi 26 octobre à 17 h - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.rambert.fr

300 tableaux et affiches à Villefranche-sur-Saône

Catalogue important pour cette vente programmée le samedi 28 octobre par Maître Gérald Richard à l'hôtel des ventes de Villefranche sur-Saône. Parmi les tableaux, à retenir une huile sur toile d'Antoine Bouvard représentant une vue du canal de Guidecca à Venise attendue entre 3 500 et 4 000 €, mais également Deux purs-sangs dans un paysage avec lévrier et pâtre, autre huile sur toile de Jules Jacques Veyrassat pour laquelle l'estimation est établie entre 5 000 et 6 000 €.

Toujours en mode graphique mais cette fois sous forme d'affiches, l'attention est portée sur un important lot d'affiches entoilées consacrées aussi bien aux grands crus qu'à la bière, le tourisme, l'aviation ou encore le sport. A noter pour les amateurs de belles mécaniques, la belle affiche de la marque Favor, spécialiste de cycles, cyclomoteurs et autres motos dessinée par Matthey et estimée entre 250 et 300 €, tandis que ceux plus attirés par la fête retiendront cette affiche ancienne relative au bal des étudiants lyonnais pour laquelle il faudra engager 400 à 500 €.

Hôtel des ventes de Villefranche-sur-Saône, samedi 28 octobre à 14 h - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.guillaumot-richard.com

Adjugés !

Quelques belles enchères et des estimations largement dépassées, le mardi 10 octobre chez Artcurial sous le marteau de Maîtres Michel Rambert et Agnès Savart. Enchères décuplées voire plus, notamment pour ce Bouddha auréolé en pierre noire haut de 42 cm en provenance du Sud-Est asiatique, initialement estimé entre 100 et 200 € et finalement adjugé 2 500 € (hors frais). Dépassées encore pour ce tableau de Claude Antoine Ponthus-Cinier représentant des chalets animés au bord d'un lac alpin.

Attendu entre 1 000 et 1 500 €, cette huile sur toile dans un cadre d'époque redoré trouvait preneur à 2 300 € (hors frais), tandis qu'un Portrait de femme au petit chien, huile sur toile en format ovale de l'Ecole provençale de la fin du XVIIe siècle, confirmait son estimation pour être adjugé au marteau 2 200 €. Dépassées enfin pour ce cartel en marqueterie d'écaille et laiton découpé dans le goût de Boulle, estimé avant la vente entre 500 et 700 € mais adjugé en dernière enchère à 2 000 € (hors frais).

A noter encore en matière de mobilier, les 4 600 € (hors frais) portés par un enchérisseur sur une commode en noyer à façade arbalète, travail régional probablement de la vallée de la Rance pour laquelle l'estimation était annoncée entre 2 000 et 3 000 €, mais aussi les 2 400 € tapés au marteau pour un beau bureau à cylindre en acajou et placage d'acajou moucheté datant de la fin de l'époque Louis XVI.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Hebdomadaire régional à dominante économique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide